Exo, kézaco ?

Un exosquelette est constitué d'un cadre qui se porte habituellement par-dessus les vêtements. Né d'une collaboration entre General Electric et l'armée américaine, il a également été utilisé pour soutenir des soldats blessés. Par la suite, les exosquelettes sont apparus dans le domaine médical pour aider la réadaptation des patients et assister les personnes handicapées. " Il existe deux types d'exosquelettes, précise le professeur Dirk Lefeber, qui mène depuis 1990 des recherches à la VUB sur les vêtements robotisés et leur développement pour l'entreprise. Il y a les variantes passives, qui assistent les mouvements corporels au moyen d'articulations élastiques. Et les modèles actifs, qui sont mus par ...

Un exosquelette est constitué d'un cadre qui se porte habituellement par-dessus les vêtements. Né d'une collaboration entre General Electric et l'armée américaine, il a également été utilisé pour soutenir des soldats blessés. Par la suite, les exosquelettes sont apparus dans le domaine médical pour aider la réadaptation des patients et assister les personnes handicapées. " Il existe deux types d'exosquelettes, précise le professeur Dirk Lefeber, qui mène depuis 1990 des recherches à la VUB sur les vêtements robotisés et leur développement pour l'entreprise. Il y a les variantes passives, qui assistent les mouvements corporels au moyen d'articulations élastiques. Et les modèles actifs, qui sont mus par des moteurs embarqués. Ils préviennent les surcharges dues à l'exécution prolongée de tâches physiques. " Un exosquelette a été développé à la VUB pour soulager les bras et le bas du dos. Il est destiné, entre autres, aux travailleurs des centres de distribution qui doivent porter de nombreux colis ou charger des objets dans des machines industrielles. Un exosquelette facilite également l'assemblage de pièces lourdes et les travaux pénibles dans la construction et l'agriculture. " La majeure partie du poids n'est plus supportée par le travailleur qui peut alors se concentrer sur les manipulations plus fines ", précise Dirk Lefeber. Les moteurs de l'actuelle génération d'exosquelettes ne sont pas assez puissants pour permettre aux travailleurs de soulever des charges surhumaines. Et dans un avenir proche ? Dirk Lefeber en doute : " Les exosquelettes ne créeront pas des surhommes. La manipulation d'objets dont le poids dépasse 50 kg n'est pas envisagée. Pour cela, il faudrait des exosquelettes full body, mais ils sont d'un poids insupportable et ralentissent toutes les opérations. Il faudrait également une avancée majeure dans la technologie des moteurs. " Le gain de temps n'est pas la finalité d'un exosquelette. " A terme, cela peut être utile, ajoute le professeur, mais il s'agit ici surtout de soulager les travailleurs en éliminant les douleurs aux épaules, au cou et au dos. Cela a un impact positif sur l'absentéisme et les travailleurs peuvent continuer à exécuter leurs tâches, même à un âge plus avancé. " Ford a commencé à déployer des exosquelettes dans 15 de ses usines dans sept pays pour diminuer la fatigue et réduire les risques de blessure. Le modèle est un EksoVest, développé par Ekso Bionics. Il fonctionne avec des ressorts qui fournissent entre 2,2 et 6,8 kg d'assistance lorsque la personne qui le porte lève les bras. Chez Daikin (installation d'air conditionné et de pompes à chaleur), quelques prototypes attendent. " Mais avant de les tester, nous voulons avoir des réponses, explique Pieter De Pourcq, responsable de l'ingénierie de production. Quel soutien apportent-ils réellement au travailleur ? Nous voulons des résultats scientifiques, et pas seulement une appréciation subjective. Puis, comment faire pour que notre personnel accepte ces exosquelettes ? " La filiale belge de Daikin, en collaboration avec la VUB, espère être la première usine du groupe à les expérimenter. " Nous sommes prudemment optimistes. Nous n'excluons pas la possibilité que les modèles actuels ne soient pas assez efficaces pour nos besoins. Nous le saurons sans doute dans cinq mois, à l'issue du premier essai. " Par Dimitri Dewever.