La valeur ajoutée du secteur associatif est égale à 21,6 milliards d'euros ou 4,9% du produit intérieur brut (PIB) de la Belgique. Les institutions sans but lucratif (ISBL) totalisent 497.400 salariés. Elles ont enregistré une progression moyenne de l'emploi de 2,3% sur la période 2009-2017 alors que, dans le même temps, les autres secteurs de l'économie voyaient leur contingent de salariés croître de 0,5% par an seulement.

Les ISBL, qui sont actives dans des domaines aussi divers que les hôpitaux, les maisons de repos, les entreprises de travail adapté, les centres culturels, les unions professionnelles, les syndicats, les partis, les associations sportives ou les organisations d'aide aux plus démunis, ont créé 81.700 emplois nets sur la période, soit une progression de 19,7%. Cela représente 10.200 nouveaux postes par an. Avec pour conséquence que leur part dans l'emploi salarié total est passée de 11,1% à 12,6%.

Deux secteurs se taillent la part du lion dans cette population, la santé humaine et l'action médico-sociale, en grande partie représentées par les hôpitaux et les maisons de repos, la première comptant 157.000 emplois, la seconde 194.000 salariés. À bonne distance, le secteur des services suit avec 62.700 emplois.

La part des ISBL dans l'économie est toutefois un peu plus faible en termes de nombre d'heures ouvrées ou de total des rémunérations. "Ceci est dû au fait que le travail à temps partiel (volontaire ou non) est plus répandu dans le secteur des ISBL et que le niveau des salaires y est inférieur à la moyenne", poursuit l'étude. L'écart entre le salaire moyen dans ce secteur et dans le reste de l'économie s'est d'ailleurs légèrement creusé ces dernières années. Il avoisine désormais les 15%.

La Fondation Roi Baudouin et la Banque nationale de Belgique remarquent par ailleurs que la Région de Bruxelles-Capitale compte un nombre relativement plus élevé d'ISBL, mais d'une taille plus réduite en nombre d'emplois par structure. La Région flamande contribue à 59,2% de l'emploi total dans les ISBL de Belgique, contre 26,6% en Région wallonne.

La valeur ajoutée du secteur associatif est égale à 21,6 milliards d'euros ou 4,9% du produit intérieur brut (PIB) de la Belgique. Les institutions sans but lucratif (ISBL) totalisent 497.400 salariés. Elles ont enregistré une progression moyenne de l'emploi de 2,3% sur la période 2009-2017 alors que, dans le même temps, les autres secteurs de l'économie voyaient leur contingent de salariés croître de 0,5% par an seulement. Les ISBL, qui sont actives dans des domaines aussi divers que les hôpitaux, les maisons de repos, les entreprises de travail adapté, les centres culturels, les unions professionnelles, les syndicats, les partis, les associations sportives ou les organisations d'aide aux plus démunis, ont créé 81.700 emplois nets sur la période, soit une progression de 19,7%. Cela représente 10.200 nouveaux postes par an. Avec pour conséquence que leur part dans l'emploi salarié total est passée de 11,1% à 12,6%. Deux secteurs se taillent la part du lion dans cette population, la santé humaine et l'action médico-sociale, en grande partie représentées par les hôpitaux et les maisons de repos, la première comptant 157.000 emplois, la seconde 194.000 salariés. À bonne distance, le secteur des services suit avec 62.700 emplois. La part des ISBL dans l'économie est toutefois un peu plus faible en termes de nombre d'heures ouvrées ou de total des rémunérations. "Ceci est dû au fait que le travail à temps partiel (volontaire ou non) est plus répandu dans le secteur des ISBL et que le niveau des salaires y est inférieur à la moyenne", poursuit l'étude. L'écart entre le salaire moyen dans ce secteur et dans le reste de l'économie s'est d'ailleurs légèrement creusé ces dernières années. Il avoisine désormais les 15%. La Fondation Roi Baudouin et la Banque nationale de Belgique remarquent par ailleurs que la Région de Bruxelles-Capitale compte un nombre relativement plus élevé d'ISBL, mais d'une taille plus réduite en nombre d'emplois par structure. La Région flamande contribue à 59,2% de l'emploi total dans les ISBL de Belgique, contre 26,6% en Région wallonne.