En contrepartie, l'entreprise basée à Chicago dispose du droit exclusif de racheter à terme la start-up wallonne pour un montant qui pourra atteindre les 475 millions de dollars en fonction de la réalisation de certains objectifs. Michel Vanbrabant, le CEO d'iSTAR Medical, estime que cet accord constitue "la reconnaissance de la valeur de notre technologie et de notre travail".

Depuis sa création, en 2011, l'entreprise a levé 55 millions de dollars. Grâce à cet accord, la medtech engrange 60 millions de dollars de financement supplémentaire sans l'émission de nouvelles actions.

Outre l'accord avec AbbVie, d'autres options de financement étaient sur la table. La société a également discuté avec d'autres partenaires potentiels et avait déjà mis en place un accord pour lever des fonds auprès de la Banque européenne d'investissement, ce qu'elle n'a finalement pas fait, selon M. Vanbrabant.

En contrepartie, l'entreprise basée à Chicago dispose du droit exclusif de racheter à terme la start-up wallonne pour un montant qui pourra atteindre les 475 millions de dollars en fonction de la réalisation de certains objectifs. Michel Vanbrabant, le CEO d'iSTAR Medical, estime que cet accord constitue "la reconnaissance de la valeur de notre technologie et de notre travail". Depuis sa création, en 2011, l'entreprise a levé 55 millions de dollars. Grâce à cet accord, la medtech engrange 60 millions de dollars de financement supplémentaire sans l'émission de nouvelles actions. Outre l'accord avec AbbVie, d'autres options de financement étaient sur la table. La société a également discuté avec d'autres partenaires potentiels et avait déjà mis en place un accord pour lever des fonds auprès de la Banque européenne d'investissement, ce qu'elle n'a finalement pas fait, selon M. Vanbrabant.