"Il n'y a plus de projets. Cela n'a donc pas de sens de maintenir la structure en vie", confirme Philippe Bodson, le président de Blue Sky.
Ce consortium avait été imaginé en 2006 par de grands consommateurs industriels d'énergie pour répondre aux prix de l'électricité qui ne cessaient de grimper et à la domination d'Electrabel dans la production d'électricité.

Après des années de négociations, six entreprises étaient devenues membres de Blue Sky, qui avait conclu un accord en 2011 avec Electrabel: ArcelorMittal, Solvay, Aperam, Aurubis Belgium, Sol Feluy et Umicore.

La dissolution de la société est attendue mais elle n'est pas prévue dans l'immédiat. Selon M. Bodson, les membres de Blue Sky "se tiennent prêts pour de nouvelles initiatives dans le futur".

"Il n'y a plus de projets. Cela n'a donc pas de sens de maintenir la structure en vie", confirme Philippe Bodson, le président de Blue Sky. Ce consortium avait été imaginé en 2006 par de grands consommateurs industriels d'énergie pour répondre aux prix de l'électricité qui ne cessaient de grimper et à la domination d'Electrabel dans la production d'électricité. Après des années de négociations, six entreprises étaient devenues membres de Blue Sky, qui avait conclu un accord en 2011 avec Electrabel: ArcelorMittal, Solvay, Aperam, Aurubis Belgium, Sol Feluy et Umicore. La dissolution de la société est attendue mais elle n'est pas prévue dans l'immédiat. Selon M. Bodson, les membres de Blue Sky "se tiennent prêts pour de nouvelles initiatives dans le futur".