Sollicitée, la BNB se refuse à tout commentaire avant que ce communiqué n'ait été publié. Ce sera le cas "dans les prochaines heures", y précise-t-on.

La suspension de l'action de la BNB est rarissime. Selon certains observateurs, cela pourrait être annonciateur d'une offre publique d'achat sur la Banque, dont l'Etat détient 200.000 parts, soit 50%, le solde étant réparti parmi des investisseurs. Comme le rappelle L'Echo mercredi sur son site internet, la Belgique est l'un des seuls pays au monde dont la banque centrale est cotée en bourse.

D'autres évoquent un important avertissement sur résultats. L'action de la BNB cotait récemment autour de 1.500 euros, son prix le plus bas depuis plus de 20 ans. En des temps meilleurs, elle avait atteint jusqu'à 4.000 euros. Sur une période de trois ans, elle a diminué de plus d'un tiers, souligne De Standaard mercredi matin.

Cette baisse du cours de l'action est liée au retournement du marché des taux d'intérêt.

Des chiffres concrets circulent d'ailleurs déjà aux Pays-Bas sur l'impact de l'inversion des taux d'intérêt sur la banque centrale néerlandaise. Selon le Het Financieele Dagblad et le NRC, celle-ci a averti le gouvernement néerlandais que la hausse rapide des taux d'intérêt la mettra dans le rouge et l'empêchera de verser des dividendes à l'État.

Sollicitée, la BNB se refuse à tout commentaire avant que ce communiqué n'ait été publié. Ce sera le cas "dans les prochaines heures", y précise-t-on. La suspension de l'action de la BNB est rarissime. Selon certains observateurs, cela pourrait être annonciateur d'une offre publique d'achat sur la Banque, dont l'Etat détient 200.000 parts, soit 50%, le solde étant réparti parmi des investisseurs. Comme le rappelle L'Echo mercredi sur son site internet, la Belgique est l'un des seuls pays au monde dont la banque centrale est cotée en bourse. D'autres évoquent un important avertissement sur résultats. L'action de la BNB cotait récemment autour de 1.500 euros, son prix le plus bas depuis plus de 20 ans. En des temps meilleurs, elle avait atteint jusqu'à 4.000 euros. Sur une période de trois ans, elle a diminué de plus d'un tiers, souligne De Standaard mercredi matin.Cette baisse du cours de l'action est liée au retournement du marché des taux d'intérêt.Des chiffres concrets circulent d'ailleurs déjà aux Pays-Bas sur l'impact de l'inversion des taux d'intérêt sur la banque centrale néerlandaise. Selon le Het Financieele Dagblad et le NRC, celle-ci a averti le gouvernement néerlandais que la hausse rapide des taux d'intérêt la mettra dans le rouge et l'empêchera de verser des dividendes à l'État.