Vers 9h45, l'action Bpost engrangeait 11,46% à 6,81 euros. Mardi, le titre avait déjà progressé de 8%, porté par la publication par la concurrente PostNL de résultats meilleurs que prévus.

Et les nouvelles communiquées après-Bourse par l'entreprise belge n'ont pas déçu. Bpost a certes souffert d'une baisse du volume de courrier distribué au deuxième trimestre (-17,7%) mais le volume des colis livrés s'est envolé de près de 80% dans le contexte de la crise du coronavirus et d'une "explosion" des ventes en ligne.

Un pic de 527.209 colis distribués en un jour a même été atteint le 4 mai 2020. Le total des produits d'exploitation du groupe s'est élevé à 1,052 milliard d'euros au deuxième trimestre, en hausse de 12,5% par rapport à la même période de 2019.

Les revenus avant taxes et intérêts (ebit) se montent quant à eux à 70,2 millions d'euros, en recul de 30%, avec un impact total du Covid-19 estimé à -9,5 millions d'euros pour le deuxième trimestre. Autant de résultats nettement meilleurs que les prévisions des analystes.

Bpost a également confirmé pour l'ensemble de l'année ses prévisions d'un ebit ajusté situé entre 240 et 270 millions d'euros "en supposant qu'il n'y ait pas de second confinement national ou important au niveau local en 2020, ni d'événement découlant des incertitudes liées au Covid-19".

Cerise sur le gâteau, Radial, la filiale américaine spécialisée dans la logistique d'e-commerce, dont les résultats n'ont pas toujours répondu à l'attente, a vu bondir tant ses produits d'exploitation que ses résultats.

Seule ombre au tableau: la visibilité reste faible et "compte tenu des incertitudes liées au coronavirus", le conseil d'administration de Bpost recommandera à l'assemblée générale des actionnaires de ne pas distribuer de dividende sur les résultats de l'exercice complet 2020.

Vers 9h45, l'action Bpost engrangeait 11,46% à 6,81 euros. Mardi, le titre avait déjà progressé de 8%, porté par la publication par la concurrente PostNL de résultats meilleurs que prévus. Et les nouvelles communiquées après-Bourse par l'entreprise belge n'ont pas déçu. Bpost a certes souffert d'une baisse du volume de courrier distribué au deuxième trimestre (-17,7%) mais le volume des colis livrés s'est envolé de près de 80% dans le contexte de la crise du coronavirus et d'une "explosion" des ventes en ligne. Un pic de 527.209 colis distribués en un jour a même été atteint le 4 mai 2020. Le total des produits d'exploitation du groupe s'est élevé à 1,052 milliard d'euros au deuxième trimestre, en hausse de 12,5% par rapport à la même période de 2019. Les revenus avant taxes et intérêts (ebit) se montent quant à eux à 70,2 millions d'euros, en recul de 30%, avec un impact total du Covid-19 estimé à -9,5 millions d'euros pour le deuxième trimestre. Autant de résultats nettement meilleurs que les prévisions des analystes. Bpost a également confirmé pour l'ensemble de l'année ses prévisions d'un ebit ajusté situé entre 240 et 270 millions d'euros "en supposant qu'il n'y ait pas de second confinement national ou important au niveau local en 2020, ni d'événement découlant des incertitudes liées au Covid-19". Cerise sur le gâteau, Radial, la filiale américaine spécialisée dans la logistique d'e-commerce, dont les résultats n'ont pas toujours répondu à l'attente, a vu bondir tant ses produits d'exploitation que ses résultats. Seule ombre au tableau: la visibilité reste faible et "compte tenu des incertitudes liées au coronavirus", le conseil d'administration de Bpost recommandera à l'assemblée générale des actionnaires de ne pas distribuer de dividende sur les résultats de l'exercice complet 2020.