Le groupe Kinepolis souhaite ouvrir de nouveaux complexes cinématographiques en Belgique mais en était actuellement empêché par des conditions imposées par l'Autorité belge de la concurrence.

Kinepolis demandait dès lors la levée des conditions qui lui avaient été imposées en 1997, lors de la fusion entre les groupes des familles Bert et Claeys et la création du groupe. Conditions qui prévoyaient notamment l'interdiction de bâtir de nouveaux complexes et de racheter un complexe concurrent sans l'accord de l'ABC.

En avril 2018, le Collège de la concurrence s'était prononcé en faveur de la levée de cette autorisation préalable, "moyennant le respect d'une période de transition de deux ans", rappelle le groupe dans un communiqué. Mais cette décision avait ensuite été annulée par la cour d'appel de Bruxelles pour des questions de procédure. Il a fallu tout recommencer.

Nouvelle procédure, donc. En mars dernier, l'ABC avait décidé d'annuler, mais seulement partiellement, la nécessité d'une autorisation préalable pour ouvrir de nouveaux complexes. L'obligation était seulement supprimée pour de nouveaux complexes de sept salles et 1.125 sièges maximum. Une condition supplémentaire avait par ailleurs été ajoutée, selon laquelle ces nouveaux cinémas ne pouvaient se situer dans un rayon de 10km de cinémas Kinepolis existants ou prévus.

Kinepolis avait alors fait appel de cette décision. Vendredi, la cour d'appel a décidé de lever la nécessité d'une autorisation préalable de l'ABC pour l'ouverture de nouveaux complexes, annonce le groupe. Quant à une période de transition adéquate, elle ne s'est pas prononcée et renvoie l'affaire devant l'Autorité de la concurrence.

"Nous sommes satisfaits de cette décision et nous comptons sur une décision raisonnable de l'Autorité de la concurrence concernant la période de transition. L'ABC a déjà levé la condition à plusieurs reprises dans le passé, moyennant une période de transition; nos concurrents ont eu 22 ans déjà pour s'y préparer. Je propose que nous investissions, tous ensemble, notre énergie dans ce qui compte vraiment, à savoir le cinéphile belge et un développement positif du marché du cinéma belge", a réagi Eddy Duquenne, CEO de Kinepolis Group.