Société de services informatiques spécialisée dans le développement de solutions sur mesure basée à Leuze-en-Hainaut, Wavenet n'a pas souffert de la crise et envisage l'avenir sereinement tout en demeurant vigilante. "Le plus gros souci auquel nous avons été confrontés depuis le début de cette crise et qui persiste aujourd'hui est l'organisation, souligne Jean-Noël Wallez, gérant de Wavenet...

Société de services informatiques spécialisée dans le développement de solutions sur mesure basée à Leuze-en-Hainaut, Wavenet n'a pas souffert de la crise et envisage l'avenir sereinement tout en demeurant vigilante. "Le plus gros souci auquel nous avons été confrontés depuis le début de cette crise et qui persiste aujourd'hui est l'organisation, souligne Jean-Noël Wallez, gérant de Wavenet. Des clients démarrent des projets, d'autres sont à l'arrêt. Nous devons nous adapter du jour au lendemain mais, pour le reste, nous n'avons pas réellement été impactés." A l'exception de ses clients actifs dans l'industrie qui ont quelque peu marqué le pas, les autres ont répondu présent comme le secteur public, notamment la Région wallonne pour laquelle Wavenet a rapidement développé une plateforme pour les chèques Covid. "Nous avons eu l'avantage de pouvoir continuer à travailler efficacement via le télétravail, ajoute-t-il. Depuis la rentrée de septembre, les collaborateurs travaillent deux jours au bureau et trois jours chez eux, en respectant la distanciation sociale. Ceux qui sont à risque ou qui vivent avec des personnes à risque continuent à prester à leur domicile.""Nous avons une bonne visibilité pour les quatre mois qui viennent et le travail ne manquera pas. Durant la crise, nous avons d'ailleurs procédé à l'engagement d'une dizaine de personnes et employons actuellement plus de 110 collaborateurs. Je dois reconnaître que nous sommes actifs dans un secteur privilégié et bénéficions de la demande de digitalisation de la majorité des secteurs d'activité, qui s'est accélérée avec cette crise. Ce qui joue également en notre faveur est la diversité et le nombre de nos clients (plus de 350) qui nous a rendus moins sensibles que d'autres secteurs. Maintenant, nous ne crions pas victoire et sommes conscients que nous devons continuer à nous adapter afin de pouvoir répondre à d'autres crises qui peuvent survenir dans les années qui viennent