Dela n'a nullement disrupté le marché belge. Le grand assureur décès néerlandais n'a pas balayé tous ses concurrents sur son passage mais il a induit des changements significatifs sur notre marché. Il a réussi à convaincre 17% de nos concitoyens de souscrire une assurance décès et a conclu un partenariat avec pas moins de 55 entrepreneurs de pompes funèbres, il a fait sien plusieurs crématoriums, un centre de rapatriement et un portefeuille d'assurances. En 30 ans, Dela a convaincu 850.000 clients en Belgique, sans commettre l'erreur de proposer le même produit qu'aux Pays-Bas et en développant le département marketing. " Il a fallu se faire une place sur le marché avec un produit inconnu ", explique Jack van der Putten, âgé de 59 ans. Nos figures de proue, Koen Wauters et Adamo en tête, ont joué un rôle important. Mais, quand il s'agit de communiquer sur la sécurité financière dont jouissent les proches et l'atténuation de la dimension émotionnelle au moment d'organiser les obsèques, nous ne faisons pas appel à des Belges célèbres."
...