La technologie de traitement des surfaces élaborées par la jeune PME liégeoise Ionics consiste à bombarder les surfaces d'ions afin d'en modifier les propriétés. Ce procédé a été mis au point avec le concours de Materia Nova (Mons) et AGC-Europe, tous deux actionnaires d'Ionics. "Nous disposons en outre d'une pl...

La technologie de traitement des surfaces élaborées par la jeune PME liégeoise Ionics consiste à bombarder les surfaces d'ions afin d'en modifier les propriétés. Ce procédé a été mis au point avec le concours de Materia Nova (Mons) et AGC-Europe, tous deux actionnaires d'Ionics. "Nous disposons en outre d'une plateforme d'équipements unique au monde, ajoute le CEO Luc Langer. Elle nous permet de valider nos technologies dans des conditions industrielles." Ce savoir-faire ouvre aujourd'hui d'importantes perspectives commerciales pour Ionics, qui a déjà des clients dans l'automobile, l'aéronautique et l'industrie du luxe. L'objectif est de doubler l'effectif (25 personnes) en cinq ans. "La présence d'AGC dans notre actionnariat ouvre des portes qui, sans cela, resteraient inaccessibles pour une petite PME, poursuit Luc Langer. Cela crédibilise notre entreprise aux yeux des grands groupes. AGC peut par exemple construire, pour des clients, les lignes industrielles sur lesquelles nous venons intégrer notre technologie." Dans l'actionnariat d'Ionics, on retrouve l'invest IMBC, la SRIW ainsi que, désormais, le fonds sectoriel Invest for Jobs (IFJ) qui vient d'y injecter 2 millions d'euros. "Nous sommes impatients de voir se concrétiser le potentiel d'Ionics et les emplois qui s'en suivront en Belgique, commente Christophe Picard, senior investment manager chez IFJ. Ionics a les armes pour devenir un fleuron de notre région."