En France, Intermarché souhaite activer le même processus. Une démarche tout à fait légale mais méconnue qui correspond à la mise à disposition, sans but luc...

En France, Intermarché souhaite activer le même processus. Une démarche tout à fait légale mais méconnue qui correspond à la mise à disposition, sans but lucratif, de main-d'oeuvre, les collaborateurs prêtés restant salariés de leur employeur habituel mais avec les salaires et charges payés par l'employeur temporaire. Une situation win-win puisque l'un trouve les bras qui lui manquent et les autres conservent un salaire intact (au lieu de 84 % suivant la loi française sur le chômage temporaire). Intermarché cherche 1.200 employés immédiatement opérationnels pour faire face à la hausse des cadences et des ventes, et les profils recherchés correspondent à ceux temporairement sans emploi notamment dans le secteur automobile. Une démarche qui est aussi tout bénéfice pour l'Etat...