La construction de ces usines, qui se situeront à proximité de la capitale de l'Etat, Columbus, doit débuter à la fin de l'année. La production de puces pourrait démarrer à partir de 2025.

Intel envisage d'embaucher 3.000 nouveaux employés pour ces sites, dont la construction mettra à contribution 7.000 ouvriers du bâtiment.

"Les actions d'Intel vont aider à bâtir une chaîne d'approvisionnement plus résiliente et garantir un accès fiable à des semi-conducteurs de pointe dans les années à venir", a affirmé dans un communiqué le patron du groupe, Pat Gelsinger.

De l'industrie automobile aux jeux vidéo en passant par les smartphones, de multiples secteurs souffrent d'une pénurie mondiale de composants électroniques, dont une grande partie est fabriquée en Asie.

L'explosion de la demande pendant la pandémie a créé des goulots d'étranglement, qui contraignent les entreprises à ralentir leur production.

La création de nouveaux sites, plus proches des consommateurs américains, est une des solutions envisagées par les grands acteurs du secteur.

Le géant sud-coréen Samsung avait ainsi indiqué en novembre vouloir construire un site à Taylor, au Texas, pour 17 milliards de dollars. Intel avait de son côté dévoilé un investissement de 20 milliards de dollars pour deux nouvelles usines en Arizona.

L'annonce d'Intel dans l'Ohio précède par ailleurs une décision très attendue du groupe californien, qui devrait révéler dans les prochaines semaines le site qu'il a retenu en Europe pour implanter une usine de semi-conducteurs de pointe, l'Allemagne faisant figure de grande favorite.

Le gouverneur républicain de l'Etat de l'Ohio, Mike DeWine, a salué une "nouvelle monumentale" concernant l'annonce de vendredi.

"Les nouvelle usines d'Intel vont transformer notre Etat en créant des milliers d'emplois bien payés dans l'Ohio, qui va fabriquer des semi-conducteurs d'une importance stratégique vitale", a ajouté l'élu.

La Maison Blanche s'est également réjouie de l'implantation d'un site majeur de production sur le sol américain.

"Cet investissement est une immense victoire pour Intel, pour l'industrie américaine et pour les consommateurs américains, qui peuvent s'attendre à des prix plus bas au moment où nous faisons revenir à domicile la production des semi-conducteurs qui font tourner notre économie", a déclaré la secrétaire au Commerce, Gina Raimondo.

L'administration Biden souhaite consacrer une enveloppe de de 52 milliards de dollars pour soutenir la recherche et la production en semi-conducteurs aux Etats-Unis. Un texte a été validé l'an dernier par le Sénat, mais doit encore être approuvé par la Chambre des Représentants.

La construction de ces usines, qui se situeront à proximité de la capitale de l'Etat, Columbus, doit débuter à la fin de l'année. La production de puces pourrait démarrer à partir de 2025. Intel envisage d'embaucher 3.000 nouveaux employés pour ces sites, dont la construction mettra à contribution 7.000 ouvriers du bâtiment. "Les actions d'Intel vont aider à bâtir une chaîne d'approvisionnement plus résiliente et garantir un accès fiable à des semi-conducteurs de pointe dans les années à venir", a affirmé dans un communiqué le patron du groupe, Pat Gelsinger. De l'industrie automobile aux jeux vidéo en passant par les smartphones, de multiples secteurs souffrent d'une pénurie mondiale de composants électroniques, dont une grande partie est fabriquée en Asie. L'explosion de la demande pendant la pandémie a créé des goulots d'étranglement, qui contraignent les entreprises à ralentir leur production. La création de nouveaux sites, plus proches des consommateurs américains, est une des solutions envisagées par les grands acteurs du secteur. Le géant sud-coréen Samsung avait ainsi indiqué en novembre vouloir construire un site à Taylor, au Texas, pour 17 milliards de dollars. Intel avait de son côté dévoilé un investissement de 20 milliards de dollars pour deux nouvelles usines en Arizona. L'annonce d'Intel dans l'Ohio précède par ailleurs une décision très attendue du groupe californien, qui devrait révéler dans les prochaines semaines le site qu'il a retenu en Europe pour implanter une usine de semi-conducteurs de pointe, l'Allemagne faisant figure de grande favorite. Le gouverneur républicain de l'Etat de l'Ohio, Mike DeWine, a salué une "nouvelle monumentale" concernant l'annonce de vendredi. "Les nouvelle usines d'Intel vont transformer notre Etat en créant des milliers d'emplois bien payés dans l'Ohio, qui va fabriquer des semi-conducteurs d'une importance stratégique vitale", a ajouté l'élu.La Maison Blanche s'est également réjouie de l'implantation d'un site majeur de production sur le sol américain. "Cet investissement est une immense victoire pour Intel, pour l'industrie américaine et pour les consommateurs américains, qui peuvent s'attendre à des prix plus bas au moment où nous faisons revenir à domicile la production des semi-conducteurs qui font tourner notre économie", a déclaré la secrétaire au Commerce, Gina Raimondo. L'administration Biden souhaite consacrer une enveloppe de de 52 milliards de dollars pour soutenir la recherche et la production en semi-conducteurs aux Etats-Unis. Un texte a été validé l'an dernier par le Sénat, mais doit encore être approuvé par la Chambre des Représentants.