Tout comme en avril, les résultats du mois de mai ont été négativement influencés par des développements spécifiques. L'aéroport cite ainsi les actions de grève chez Skeyes, la société chargée du contrôle aérien en Belgique, à la mi-mai, en Italie et en France et chez SAS. Il pointe aussi la fin des opérations de la compagnie régionale flybmi, la faillite de WOW Air et la réduction du nombre de vols d'Emirates en direction de l'Europe en raison de travaux de piste à Dubaï.

S'ajoutent à cela un mois de mai moins propice aux voyages de vacanciers et le Ramadan, qui ont également influencé négativement les chiffres.

Le nombre de passagers locaux a légèrement augmenté de 0,9% par rapport à mai 2018, tandis que celui de ceux en transfert a progressé de 10,2%, principalement en raison de la grève de Brussels Airlines en mai de l'an dernier, analyse Brussels Airport.

Le transport de marchandises a, lui, connu une baisse de 11%, qui se constate dans tous les segments. Toutes les régions sont en baisse, tant au niveau des importations que des exportations. Un phénomène qui touche tous les aéroports européens. Les résultats à Zaventem sont toutefois plus bas que la moyenne européenne, notamment en raison des actions de grève chez Skeyes qui ont surtout touché les vols cargo.