Imagindairy, qui promet du "vrai lait et pas de vache" est forte d'un capital d'investissement total de 28 millions de dollars, et compte 14 employés dans ses rangs. Cette start-up basée en Israël entend proposer aux consommateurs des solutions laitières durables, grâce aux protéines alternatives.

Principal fait d'armes : l'entreprise a trouvé un moyen de créer des protéines de lait sans animaux, à partir de micro-organismes, via une technologie exclusive de fermentation. Cette dernière permettrait la production d'un large éventail de produits laitiers. Le tout sans impliquer d'animaux, sans OGM et sans cholestérol. Sur papier, c'est séduisant.

Et dans la pratique aussi. La glace que nous avons eu l'occasion de goûter a tout d'une glace laitière classique. L'argument principal d'Imagindairy reste l'environnement. Leur technologie permettrait, dans le meilleur des mondes, d'éliminer le coût climatique du bétail producteur de lait. Et celui-ci n'est pas anecdotique : il représente 3,4% des émissions de C02 sur terre (contre 1,9% pour le secteur de l'aviation, à titre de comparaison).

"Nous sommes la seule entreprise dans le monde à réaliser un tel produit", se vante Eyal Afergan, co-fondateur and CEO d'Imagindairy. Obstacle principal pour la commercialisation de masse : le coût, qui demeure encore très élevé à la fabrication. "Personne n'a envie de payer 15 euros pour une bouteille de lait", nous glisse-t-on. Objectif : mise sur le marché aux Etats-Unis l'année prochaine. Pour l'Europe, il faudra encore attendre un peu.

Imagindairy, qui promet du "vrai lait et pas de vache" est forte d'un capital d'investissement total de 28 millions de dollars, et compte 14 employés dans ses rangs. Cette start-up basée en Israël entend proposer aux consommateurs des solutions laitières durables, grâce aux protéines alternatives.Principal fait d'armes : l'entreprise a trouvé un moyen de créer des protéines de lait sans animaux, à partir de micro-organismes, via une technologie exclusive de fermentation. Cette dernière permettrait la production d'un large éventail de produits laitiers. Le tout sans impliquer d'animaux, sans OGM et sans cholestérol. Sur papier, c'est séduisant. Et dans la pratique aussi. La glace que nous avons eu l'occasion de goûter a tout d'une glace laitière classique. L'argument principal d'Imagindairy reste l'environnement. Leur technologie permettrait, dans le meilleur des mondes, d'éliminer le coût climatique du bétail producteur de lait. Et celui-ci n'est pas anecdotique : il représente 3,4% des émissions de C02 sur terre (contre 1,9% pour le secteur de l'aviation, à titre de comparaison)."Nous sommes la seule entreprise dans le monde à réaliser un tel produit", se vante Eyal Afergan, co-fondateur and CEO d'Imagindairy. Obstacle principal pour la commercialisation de masse : le coût, qui demeure encore très élevé à la fabrication. "Personne n'a envie de payer 15 euros pour une bouteille de lait", nous glisse-t-on. Objectif : mise sur le marché aux Etats-Unis l'année prochaine. Pour l'Europe, il faudra encore attendre un peu.