Fondée en 1992, la société belge Semlex s'est glissée au fil des années parmi les principaux leaders dans le domaine des systèmes d'identification biométrique. Un secteur en pleine croissance dans lequel elle se mesure à des grands groupes tels que le français Idemia, issu de la fusion en 2017 de Morpho et Oberthur Technologies, du néerlandais Gemalto ou encore du belge Zetes, passé en 2016 sous pavillon nippon (Panasonic).
...

Fondée en 1992, la société belge Semlex s'est glissée au fil des années parmi les principaux leaders dans le domaine des systèmes d'identification biométrique. Un secteur en pleine croissance dans lequel elle se mesure à des grands groupes tels que le français Idemia, issu de la fusion en 2017 de Morpho et Oberthur Technologies, du néerlandais Gemalto ou encore du belge Zetes, passé en 2016 sous pavillon nippon (Panasonic). Semlex est spécialisée dans le développement de solutions d'identification biométriques, l'organisation de l'état civil et la production de documents d'identité sécurisés à destination de gouvernements et d'organismes internationaux. Depuis sa création, Semlex est active en Europe, en Asie, en Amérique du Sud et en Afrique. C'est sur ce dernier continent qu'elle se distingue principalement aujourd'hui. Elle vient récemment d'y décrocher un contrat avec la Gambie et la Guinée- Bissau et espère très prochainement conclure un contrat très important avec d'autres pays d'Afrique de l'Ouest. " Ce sont des négociations qui nécessitent du temps, explique Thierry du Parc, le directeur général, qui a rejoint Semlex début octobre après 32 années passées au sein du groupe D'Ieteren. Nous ne répondons qu'à quelques appels d'offre par année car il s'agit, lorsque nous en remportons un, d'équiper le pays dans les délais prévus, avec la mise en place de systèmes d'état civil complexes. C'est un travail de longue haleine qui mobilise nos équipes. Au total, nous comptons une quarantaine de collaborateurs en Belgique répartis entre notre siège social à Uccle d'une part et d'autre part, notre centre technique de Drogenbos, où sont développés les logiciels et toute la logistique pour nos projets en cours et où se trouvent également toutes les autres compétences nécessaires à l'exécution de nos missions. Nous avons aussi des expatriés assistés de personnel local dans les pays où nous sommes actifs afin de piloter l'implémentation des systèmes, assurer l'assistance technique ainsi que la formation des utilisateurs. " Semlex fournit à ses clients une solution complète qui répond évidemment au cahier des charges mais est également adaptable à des demandes spécifiques. Il est vrai que la panoplie de documents officiels que couvre la société est assez large. Elle va de la carte d'identité nationale à la carte professionnelle en passant par la carte de résident étranger, le permis de conduire, la carte d'électeur, le passeport, le visa et le certificat d'immatriculation. " Le document qui est délivré au citoyen n'est que la partie émergée du système que nous fournissons, poursuit le directeur général. Outre les documents d'identification et de séjour, les applications sont multiples : l'établissement d'une base de données d'état civil (actes de naissance et de mariage), le recensement de la population pour les statistiques nationales et la gestion de l'état civil, la vérification d'identité avec le contrôle des passeports. " Pour toujours mieux répondre à la demande de ses clients, les équipes Semlex poursuivent constamment leurs innovations technologiques. C'est dans cette optique que le système Orbis remplace désormais le Biometric Network System (BNS) créé par Semlex. " Orbis est l'acronyme pour ORganisation for Biometric Identification System, explique Albert Karaziwan, le président de la société. C'est un système plus simple, plus souple et plus performant que le précédent. Il permet l'enregistrement des citoyens et la centralisation des données dans un système en réseau sécurisé, dont l'accès est strictement contrôlé. " Parmi les divers projets qu'a déjà réalisés Semlex en Afrique, son terrain de prédilection, on peut citer l'introduction des dernières technologies en matière de carte d'identité, tant sur les qualités physiques de la carte (en polycarbonate) que sur le plan administratif, dans le cadre de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest) où la carte fait office de passeport, en ce sens qu'elle permet de voyager entre les pays membres de la Communauté. Ce dernier point constitue une avancée notable car auparavant, une personne qui souhaitait voyager entre deux pays de la CEDEAO devait obligatoirement faire une demande de passeport, alors qu'à présent, elle pourra voyager uniquement muni de cette carte qui reprend toutes les informations contenues dans le passeport. Les citoyens d'une quinzaine de pays d'Afrique de l'Ouest jouissent ainsi aujourd'hui d'une carte à la pointe de la technologie, développée par Semlex et répondant aux normes de la CEDEAO. Semlex gère l'ensemble du processus : de la phase de fabrication à la délivrance des documents officiels à la population. Tout commence par la confection des documents vierges, réalisée chez Garsu Pasaulis UAB, située à Vilnius, en Lituanie. Cette filiale à 100 % du groupe Semlex, qui occupe environ 400 personnes, est active dans l'impression sécurisée ainsi que dans l'impression classique (emballages, étiquettes, etc.). D'un autre côté, la conception et le développement des logiciels ad hoc pour la biométrie ainsi que le conditionnement et le paramétrage du hardware (systèmes d'enregistrement, imprimantes, etc.) sont menés au centre technique de Drogenbos (avec, pour certains marchés, le support de GenKey Solutions BV, située à Eindhoven et dans laquelle Semlex a une participation financière conséquente). Semlex prend ensuite en charge les aspects logistiques, avec la fourniture d'une part des documents vierges, et d'autre part du matériel qui va permettre de confectionner les documents officiels sécurisés. Tout ce processus est supervisé par un expatrié qui assure la bonne mise en place du système dans le pays " client ". " Il faut se rappeler que nous sommes en Afrique et que les communications ne sont pas nécessairement aisées, précise Thierry du Parc. Nous devons tenir compte des structures et des installations sur le territoire de nos clients. C'est pourquoi, nous disposons de stations mobiles d'enregistrement qui nous permettent de couvrir l'ensemble du pays. " En ce qui concerne le financement, Semlex a conçu des solutions à la carte qui permettent à ses clients d'étaler leurs investissements au fur et à mesure de l'état d'avancement du projet. " En pratique, nous opérons et transférons des systèmes clé en main à nos clients, ajoute Thierry du Parc. Nous prenons en charge l'ensemble des coûts d'installation, de fonctionnement et de maintenance. Le client ne supporte aucun coût propre au projet. En contrepartie, Semlex se rénumère sur la vente des documents concernés, une part étant reversée à l'Etat. " La biométrie a aujourd'hui clairement le vent en poupe. Elle est naturellement utilisée pour identifier et authentifier une personne sur base de ses caractéristiques morphologiques (empreintes digitales, reconnaissance de l'iris, voix, etc.). Elle est de plus en plus employée pour le contrôle d'accès, que ce soit pour franchir une porte ou simplement débloquer son smartphone. Sans oublier les applications futures en termes de paiement sécurisé. Selon une étude réalisée par l'agence Market and Market et publiée en juillet de cette année, le marché des systèmes biométriques était évalué à 13,89 milliards de dollars en 2017 et devrait atteindre 41,80 milliards en 2023. Parmi les principaux moteurs de cette croissance, elle pointe le besoin accru de surveillance et de sécurité en raison des menaces d'attaques terroristes ainsi que le développement d'applications dans les domaines financier, automobile et des soins de santé. Avec l'essor du tourisme et de l'immigration, le besoin de systèmes d'identification ne peut que croître sur l'ensemble de la planète. Autant dire que des sociétés comme Semlex ont encore de belles perspectives de croissance dans les années qui viennent.