L'Actinium-225présente, d'après l'entreprise de Louvain-la-Neuve, un "potentiel significatif" dans le cadre de la lutte contre certaines formes fréquentes de cette maladie dévastatrice, notamment les cancers de la prostate, du poumon, du sein, du colon, du pancréas, du rein ainsi que la leucémie. Il pourrait aussi traiter des formes plus rares, comme le glioblastome, le cancer du cerveau le plus mortel.

Pour explorer cette piste prometteuse, IBA a signé un partenariat stratégique avec le Centre belge de recherche nucléaire (SCK CEN). IBA et le SCK CEN comptent s'imposer comme des acteurs de premier plan, au niveau mondial, de la production d'Actinium-225. Cet isotope est actuellement produit en trop petites quantités et n'est donc pas (encore) utilisé à des fins thérapeutiques, malgré son potentiel. Cela devrait changer avec cette nouvelle collaboration, qui débute par une première phase exploratoire, visant à évaluer la faisabilité du projet. Si celle-ci se confirme, un site de production sera installé à Mol, où se situe le Centre de recherche nucléaire.

1.500

Nombre de collaborateurs d'IBA dans le monde, dont 800 sur le site de Louvain-la-Neuve.

Pour la success-story wallonne IBA, ce partenariat ouvre de nouvelles perspectives de croissance. La société emploie 1.500 personnes dans le monde, dont 800 à Louvain-la-Neuve, et revendique un statut de leader mondial dans la technologie des accélérateurs de particules. µ

L'Actinium-225présente, d'après l'entreprise de Louvain-la-Neuve, un "potentiel significatif" dans le cadre de la lutte contre certaines formes fréquentes de cette maladie dévastatrice, notamment les cancers de la prostate, du poumon, du sein, du colon, du pancréas, du rein ainsi que la leucémie. Il pourrait aussi traiter des formes plus rares, comme le glioblastome, le cancer du cerveau le plus mortel.Pour explorer cette piste prometteuse, IBA a signé un partenariat stratégique avec le Centre belge de recherche nucléaire (SCK CEN). IBA et le SCK CEN comptent s'imposer comme des acteurs de premier plan, au niveau mondial, de la production d'Actinium-225. Cet isotope est actuellement produit en trop petites quantités et n'est donc pas (encore) utilisé à des fins thérapeutiques, malgré son potentiel. Cela devrait changer avec cette nouvelle collaboration, qui débute par une première phase exploratoire, visant à évaluer la faisabilité du projet. Si celle-ci se confirme, un site de production sera installé à Mol, où se situe le Centre de recherche nucléaire.Pour la success-story wallonne IBA, ce partenariat ouvre de nouvelles perspectives de croissance. La société emploie 1.500 personnes dans le monde, dont 800 à Louvain-la-Neuve, et revendique un statut de leader mondial dans la technologie des accélérateurs de particules. µ