S'il avait été question un moment, sur recommandation des experts, de faire fermer les établissements horeca à 20h00, les restaurants et cafés ont évité le pire lors des derniers Comités de concertation. Ils doivent actuellement fermer leurs portes à 23h00, exiger la présentation d'un CST par leurs clients pour s'installer en intérieur, et limiter les tablées (6 personnes maximum).

L'horeca reste cependant un secteur qui souffre, à la suite des précédentes fermetures. Si le fédéral a écarté ces derniers jours la piste d'un retour à la TVA abaissée à 6%, la proposition du ministre Pierre-Yves Dermagne d'intervenir dans le paiement des primes de fin d'année est quant à elle passée ce vendredi.

"Les décisions prises en 'codeco' ne le sont pas de gaieté de coeur", a encore rappelé le ministre socialiste en conférence de presse, assurant que le fédéral veille toujours à "prendre des mesures d'accompagnement pour être aux côtés du monde économique".

À noter que l'horeca entre aussi en ligne de compte pour d'autres aides qui ont été prolongées vendredi, comme le droit passerelle pour indépendants et le chômage temporaire corona

L'évènementiel était lui aussi au centre des derniers 'codeco': la jauge limitée pour les évènements et spectacles fait que de nombreuses représentations ou autres tombent à l'eau. Selon le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V), un crédit d'impôt de 25% est donc introduit "sur les frais exposés non récupérables", par exemple les frais pour l'organisation d'un spectacle finalement annulé. Il peut être demandé via la déclaration d'impôts pour l'année 2021. "Cela permettra aux organisateurs de récupérer une partie de leurs efforts financiers pour les événements annulés", indique son cabinet.

"Ces 66 millions d'aides vont laisser 50% du secteur sur le côté"

"Ces 66 millions d'aides vont laisser 50% du secteur sur le côté", dénonce Fabian Hermans de la Fédération Horeca Bruxelles. "Nous avons besoin de 120 millions pour payer les primes de fin d'année de nos employés. On va faire quoi maintenant ? On va tirer au sort qui a droit ou pas à une prime ?" "Il ne faudra pas s'étonner si certains recommencent à travailler sans respecter les mesures, poursuit Fabian Hermans. "Il faut bien qu'on travaille si on veut pouvoir donner à chacun de nos employés cette prime qu'ils ont amplement méritée. Le gouvernement connaissait parfaitement le montant dont nous avions besoin mais là on nous explique que les caisses sont vides, ça veut donc dire que nos employés n'auront pas droit à leur prime ?"

S'il avait été question un moment, sur recommandation des experts, de faire fermer les établissements horeca à 20h00, les restaurants et cafés ont évité le pire lors des derniers Comités de concertation. Ils doivent actuellement fermer leurs portes à 23h00, exiger la présentation d'un CST par leurs clients pour s'installer en intérieur, et limiter les tablées (6 personnes maximum). L'horeca reste cependant un secteur qui souffre, à la suite des précédentes fermetures. Si le fédéral a écarté ces derniers jours la piste d'un retour à la TVA abaissée à 6%, la proposition du ministre Pierre-Yves Dermagne d'intervenir dans le paiement des primes de fin d'année est quant à elle passée ce vendredi. "Les décisions prises en 'codeco' ne le sont pas de gaieté de coeur", a encore rappelé le ministre socialiste en conférence de presse, assurant que le fédéral veille toujours à "prendre des mesures d'accompagnement pour être aux côtés du monde économique". À noter que l'horeca entre aussi en ligne de compte pour d'autres aides qui ont été prolongées vendredi, comme le droit passerelle pour indépendants et le chômage temporaire corona L'évènementiel était lui aussi au centre des derniers 'codeco': la jauge limitée pour les évènements et spectacles fait que de nombreuses représentations ou autres tombent à l'eau. Selon le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V), un crédit d'impôt de 25% est donc introduit "sur les frais exposés non récupérables", par exemple les frais pour l'organisation d'un spectacle finalement annulé. Il peut être demandé via la déclaration d'impôts pour l'année 2021. "Cela permettra aux organisateurs de récupérer une partie de leurs efforts financiers pour les événements annulés", indique son cabinet. "Ces 66 millions d'aides vont laisser 50% du secteur sur le côté", dénonce Fabian Hermans de la Fédération Horeca Bruxelles. "Nous avons besoin de 120 millions pour payer les primes de fin d'année de nos employés. On va faire quoi maintenant ? On va tirer au sort qui a droit ou pas à une prime ?" "Il ne faudra pas s'étonner si certains recommencent à travailler sans respecter les mesures, poursuit Fabian Hermans. "Il faut bien qu'on travaille si on veut pouvoir donner à chacun de nos employés cette prime qu'ils ont amplement méritée. Le gouvernement connaissait parfaitement le montant dont nous avions besoin mais là on nous explique que les caisses sont vides, ça veut donc dire que nos employés n'auront pas droit à leur prime ?"