Les équipements ont été arrêtés lundi et remis en service mardi sur le site de Sayama au nord de Tokyo. Le groupe avait découvert dimanche que le système informatique de contrôle de la production de cette usine ne répondait plus, et était infecté par le virus WannaCry qui crypte les fichiers et les rend inaccessibles, en théorie jusqu'à ce que soit payée une rançon. L'usine de Sayama assemble environ 1.000 véhicules par jour. D'autres usines de Honda ont aussi pu être touchées à l'étranger, mais aucun dysfonctionnement n'a pour l'heure été constaté, a précisé à l'AFP une porte-parole du groupe. "Nous sommes en train de réaliser des vérifications détaillées", a-t-elle dit. Quelque 200.000 ordinateurs disséminés dans au moins 150 pays ont été touchés en mai par une attaque informatique "sans précédent" à travers une faille du système d'exploitation Windows, affectant le fonctionnement de nombreuses entreprises et organisations.

Les équipements ont été arrêtés lundi et remis en service mardi sur le site de Sayama au nord de Tokyo. Le groupe avait découvert dimanche que le système informatique de contrôle de la production de cette usine ne répondait plus, et était infecté par le virus WannaCry qui crypte les fichiers et les rend inaccessibles, en théorie jusqu'à ce que soit payée une rançon. L'usine de Sayama assemble environ 1.000 véhicules par jour. D'autres usines de Honda ont aussi pu être touchées à l'étranger, mais aucun dysfonctionnement n'a pour l'heure été constaté, a précisé à l'AFP une porte-parole du groupe. "Nous sommes en train de réaliser des vérifications détaillées", a-t-elle dit. Quelque 200.000 ordinateurs disséminés dans au moins 150 pays ont été touchés en mai par une attaque informatique "sans précédent" à travers une faille du système d'exploitation Windows, affectant le fonctionnement de nombreuses entreprises et organisations.