Le groupe de ressources humaines SD Worx enregistre une forte expansion internationale depuis plusieurs années. Le secrétariat social est leader sur le marché en Belgique. Mais le groupe SD Worx, actif dans 10 pays, est désormais numéro deux européen et a intégré le top cinq mondial.

L'an dernier, son chiffre d'affaires a progressé de 33% à près de 600 millions d'euros, surtout à la suite d'acquisitions. Par le biais de la Payroll Services Alliance, un réseau de prestataires de services de payroll, il est présent sur le marché américain, asiatique et australien. Il assure ainsi l'administration de salaires dans plus de 90 pays. En outre, les services de ressources humaines constituent un secteur en forte croissance. Plus récemment, SD Worx a également réalisé plusieurs acquisitions dans le secteur du staffing. L'entreprise compte 4.600 travailleurs.

Sa chief HR officer Hilde Haems a suivi ce processus de près. Lorsqu'elle est arrivée chez SD Worx en février 2014, elle a immédiatement siégé au comité de direction. " Avec notre croissance internationale et nos acquisitions, nous avons doublé de taille très rapidement. Cela a également eu un impact sur les ressources humaines. Nous avons développé des activités offshore sur l'île Maurice. Il a également fallu adapter plusieurs processus opérationnels transfrontalier. Quand plusieurs entités fusionnent, un processus de simplification est indispensable. "

" Je ne me suis jamais occupée uniquement de ressources humaines, poursuit Hilde Haems. J'ai aussi exercé d'autres tâches, notamment dans le marketing. Chez SD Worx, je suis également responsable de l'innovation. J'aime fourrer mon nez dans toutes les activités de l'entreprise. "

En tant que membre du comité de direction, Hilde Haems est également impliquée dans les décisions stratégiques. " Là, nous n'avons pas uniquement une casquette RH ou ICT, dit-elle. Tous les membres du comité de direction sont censés participer aux réflexions sur l'évolution du marché. SD Worx est en plein processus de changement. "

Transformation

Hilde Haems a étudié la psychologie clinique (UGent). Mais un stage dans une institution psychiatrique fermée la convainc de ne pas poursuivre dans cette voie. Elle part alors chez BBL/ING, dans le service du personnel. En 1997, elle rejoint le cabinet d'avocats Loeff Claeys Verbeke, plus tard Allen & Overy, pour organiser le département RH. Simultanément, elle décroche un Master en gestion stratégique des ressources humaines à la Vlerick Business School. Il y a 10 ans, elle quitte Allen & Overy pour le groupe de travail intérimaire USG People où elle deviendra notamment vice president HR. " Chez USG, j'ai concilié les ressources humaines avec le démarrage du secteur des titres-services et la direction d'une petite entreprise de niche interne. Je considère les ressources humaines comme ma zone de confort, mais je les ai toujours combinées avec d'autres tâches. Je trouve cela très enrichissant. "

" Transformation " est le premier mot qui tombe quand on interroge Hilde Haems sur les défis qui attendent les ressources humaines. " Et ce processus de transformation concerne à la fois les organisations et les collaborateurs. Ces derniers doivent acquérir des compétences utiles dans un monde numérique. Nous devons faire en sorte de préserver leur mobilité dans leur métier. Les collaborateurs doivent être plus souples qu'avant, mais ils doivent également pouvoir suivre. En outre, il est important que l'internationalisation aille de pair avec l'inclusion et la diversité. Cela ne va pas de soi. "