Deux ans et demi après le décès d'Albert Frère, ses deux enfants, Gérald Frère et Ségolène Gallienne, sont arrivés au bout d'une vaste réorganisation patrimoniale. Celle-ci a été organisée dans un but de simplification et de lisibilité. Dans tout ce qui to...

Deux ans et demi après le décès d'Albert Frère, ses deux enfants, Gérald Frère et Ségolène Gallienne, sont arrivés au bout d'une vaste réorganisation patrimoniale. Celle-ci a été organisée dans un but de simplification et de lisibilité. Dans tout ce qui touche à l'art, à l'immobilier et au vin (Château Cheval Blanc avec Bernard Arnault), les deux héritiers restent à l'équilibre 50-50. Pour les deux autres gros morceaux, ce n'est plus le cas. Ségolène Gallienne pèsera à l'avenir pour 75% des intérêts de la famille dans GBL, le holding coté dirigé par son mari, Ian Gallienne. GBL, dont la valorisation boursière est estimée à 15 milliards d'euros, est constituée, pour majorité, de parts dans de grandes sociétés cotées: Adidas, Pernod Ricard, Umicore, LafargeHolcim, Ontex, SGS, etc. Gérald Frère devient, lui, l'actionnaire majoritaire (75%) de la CNP, la société à portefeuille qui se concentre sur des investissements à long terme dans des entreprises dont la majorité ne sont pas cotées. On y retrouve M6, Caffitaly, Akka ou Cazoo. Dans un communiqué, la famille a précisé que la réorganisation avait pour but de donner davantage d'autonomie décisionnelle à chaque branche tout en conservant l'actionnariat familial commun.