Les volumes de bière ont chuté de 8% au cours de cette même période, touchés par les confinements et les restrictions mises en place à travers le monde, a annoncé dans un communiqué le groupe, qui n'a pas publié de chiffre d'affaires. Fortement touché par la pandémie, notamment à cause de fermetures répétées de bars et restaurants partout dans le monde, Heineken a annoncé une réduction prochaine des coûts de personnels de 20%.

Selon un porte-parole du groupe, le plan n'exclut pas d'éventuels licenciements, précise l'agence de presse néerlandaise ANP. "La situation reste très volatile et incertaine. Nous prévoyons que les poussées de l'épidémie de Covid-19 continueront d'avoir un impact significatif sur nombre de nos marchés en plus de pressions croissantes de récession", a déclaré Dolf van den Brink, PDG d'Heineken, cité dans le communiqué.

Au début de la pandémie, Heineken s'était engagé auprès de ses employés à ne pas procéder à des licenciements massifs en 2020. Le groupe entamera donc son plan de restructuration au premier trimestre 2021, a-t-il indiqué. En avril, Heineken avait déjà annoncé retirer ses prévisions pour 2020 et ne pas verser d'acompte sur dividendes cette année. Fondé au 19e siècle à Amsterdam, le deuxième groupe brassicole mondial produit et vend plus de 300 marques de bière et de cidre, dont Heineken, Strongbow et Amstel, et emploie plus de 85.000 personnes dans le monde.

Les volumes de bière ont chuté de 8% au cours de cette même période, touchés par les confinements et les restrictions mises en place à travers le monde, a annoncé dans un communiqué le groupe, qui n'a pas publié de chiffre d'affaires. Fortement touché par la pandémie, notamment à cause de fermetures répétées de bars et restaurants partout dans le monde, Heineken a annoncé une réduction prochaine des coûts de personnels de 20%. Selon un porte-parole du groupe, le plan n'exclut pas d'éventuels licenciements, précise l'agence de presse néerlandaise ANP. "La situation reste très volatile et incertaine. Nous prévoyons que les poussées de l'épidémie de Covid-19 continueront d'avoir un impact significatif sur nombre de nos marchés en plus de pressions croissantes de récession", a déclaré Dolf van den Brink, PDG d'Heineken, cité dans le communiqué. Au début de la pandémie, Heineken s'était engagé auprès de ses employés à ne pas procéder à des licenciements massifs en 2020. Le groupe entamera donc son plan de restructuration au premier trimestre 2021, a-t-il indiqué. En avril, Heineken avait déjà annoncé retirer ses prévisions pour 2020 et ne pas verser d'acompte sur dividendes cette année. Fondé au 19e siècle à Amsterdam, le deuxième groupe brassicole mondial produit et vend plus de 300 marques de bière et de cidre, dont Heineken, Strongbow et Amstel, et emploie plus de 85.000 personnes dans le monde.