D'octobre à décembre, le réseau social a attiré en moyenne 217 millions d'utilisateurs quotidiens dit "monétisables", c'est-à-dire exposés à de la publicité sur la plateforme, soit 6 millions de plus qu'au trimestre précédent.

C'est toutefois un peu moins que les prévisions du marché, qui tablait sur 218 millions.

"Nos objectifs de 315 millions d'utilisateurs quotidiens monétisables au quatrième trimestre 2023 et de 7,5 milliards de dollars ou plus de revenus en 2023 n'ont pas changé", a tenu à rassurer Ned Segal, le directeur financier de Twitter, dans un communiqué.

Pour Jasmine Esberg du cabinet Insider Intelligence, parvenir à 315 millions d'utilisateurs en fin d'année prochaine sera "difficile mais pas totalement impossible".

L'analyste souligne notamment que le nouveau patron de Twitter, Parag Agrawal, qui a remplacé le fondateur Jack Dorsey en novembre, est en mesure d'apporter "des changements de produits et des innovations à un rythme encore plus rapide qu'on ne l'a observé ces deux dernières années".

Sur l'ensemble de l'année dernière, le chiffre d'affaires du groupe est ressorti à 5,08 milliards de dollars (4,7 milliards de francs) et il a été de 1,57 milliard sur le trimestre, légèrement en dessous des attentes des analystes.

Les revenus publicitaires, principale source de recettes pour Twitter, ont grossi de 37% à l'année et de 27% sur le trimestre, mais ont également été inférieurs aux prédictions.

Le taux d'engagement publicitaire, qui prend notamment en compte le nombre de clics, a lui reculé de 12% d'octobre à décembre.

Le profit net trimestriel de l'entreprise s'est établi à 182 millions de dollars. Rapporté par action et hors éléments exceptionnels, le bénéfice est de 33 cents, un peu moins bien que ce qu'espérait Wall Street.

Le conseil d'administration de Twitter a par ailleurs approuvé un nouveau programme de rachat d'actions pour 4 milliards de dollars, qui remplace le précédent programme de 2 milliards de dollars initié en 2020 et complété à hauteur de 1,2 milliard de dollars.

D'octobre à décembre, le réseau social a attiré en moyenne 217 millions d'utilisateurs quotidiens dit "monétisables", c'est-à-dire exposés à de la publicité sur la plateforme, soit 6 millions de plus qu'au trimestre précédent. C'est toutefois un peu moins que les prévisions du marché, qui tablait sur 218 millions. "Nos objectifs de 315 millions d'utilisateurs quotidiens monétisables au quatrième trimestre 2023 et de 7,5 milliards de dollars ou plus de revenus en 2023 n'ont pas changé", a tenu à rassurer Ned Segal, le directeur financier de Twitter, dans un communiqué. Pour Jasmine Esberg du cabinet Insider Intelligence, parvenir à 315 millions d'utilisateurs en fin d'année prochaine sera "difficile mais pas totalement impossible". L'analyste souligne notamment que le nouveau patron de Twitter, Parag Agrawal, qui a remplacé le fondateur Jack Dorsey en novembre, est en mesure d'apporter "des changements de produits et des innovations à un rythme encore plus rapide qu'on ne l'a observé ces deux dernières années". Sur l'ensemble de l'année dernière, le chiffre d'affaires du groupe est ressorti à 5,08 milliards de dollars (4,7 milliards de francs) et il a été de 1,57 milliard sur le trimestre, légèrement en dessous des attentes des analystes. Les revenus publicitaires, principale source de recettes pour Twitter, ont grossi de 37% à l'année et de 27% sur le trimestre, mais ont également été inférieurs aux prédictions. Le taux d'engagement publicitaire, qui prend notamment en compte le nombre de clics, a lui reculé de 12% d'octobre à décembre. Le profit net trimestriel de l'entreprise s'est établi à 182 millions de dollars. Rapporté par action et hors éléments exceptionnels, le bénéfice est de 33 cents, un peu moins bien que ce qu'espérait Wall Street. Le conseil d'administration de Twitter a par ailleurs approuvé un nouveau programme de rachat d'actions pour 4 milliards de dollars, qui remplace le précédent programme de 2 milliards de dollars initié en 2020 et complété à hauteur de 1,2 milliard de dollars.