L'auditeur qui vérifie les comptes a découvert que des dizaines de millions d'euros ont disparu des comptes de la holding FNG Benelux, propriétaire du groupe de prêt-à-porter FNG Group. Un ancien collaborateur de FNG a témoigné que les transactions ont eu lieu à la demande du fondateur Dieter Penninckx et qu'aucun document n'a été produit pour les justifier.

Selon le compte-rendu de l'auditeur, les montants ont été écoulés vers l'entreprise néerlandaise FIPH, organe d'investissement de Rens Van de Schoor, actionnaire de FNG. L'auditeur chiffre que depuis fin 2016, pas moins de 110 millions d'euros ont été mis à disposition de FIPH.

A l'heure actuelle, le juge d'instruction n'a pas encore entrepris d'action aux Pays-Bas. Le porte-parole du parquet d'Anvers précise que l'instruction judiciaire "bat son plein" et se concentre sur trois thèmes: le détournement de fonds, la mise en place de constructions frauduleuses et le blanchiment d'argent.

L'auditeur qui vérifie les comptes a découvert que des dizaines de millions d'euros ont disparu des comptes de la holding FNG Benelux, propriétaire du groupe de prêt-à-porter FNG Group. Un ancien collaborateur de FNG a témoigné que les transactions ont eu lieu à la demande du fondateur Dieter Penninckx et qu'aucun document n'a été produit pour les justifier. Selon le compte-rendu de l'auditeur, les montants ont été écoulés vers l'entreprise néerlandaise FIPH, organe d'investissement de Rens Van de Schoor, actionnaire de FNG. L'auditeur chiffre que depuis fin 2016, pas moins de 110 millions d'euros ont été mis à disposition de FIPH. A l'heure actuelle, le juge d'instruction n'a pas encore entrepris d'action aux Pays-Bas. Le porte-parole du parquet d'Anvers précise que l'instruction judiciaire "bat son plein" et se concentre sur trois thèmes: le détournement de fonds, la mise en place de constructions frauduleuses et le blanchiment d'argent.