L'office fédéral anti-cartel profite de nouveaux pouvoirs que lui a conférés une récente loi allemande ciblant les pratiques des géants de l'internet et a lancé depuis le début de l'année des enquêtes tous azimuts.

Dans cette nouvelle procédure, il veut examiner en détail l'offre du moteur de recherche américain appelée Google News Showcase: lancé à l'automne dernier en Allemagne, ce service permet aux médias partenaires, dont les journaux der Spiegel, Stern ou die Zeit, d'être rémunérés pour une sélection de contenus enrichis proposés par Google.

Pour News Showcase, Google acquiert également des articles payants auprès d'éditeurs afin de les proposer gratuitement aux lecteurs.

"La coopération avec Google peut être attrayante pour les éditeurs et autres fournisseurs d'informations et offrir aux consommateurs des informations nouvelles ou améliorées. Il convient toutefois de veiller à ce qu'il n'y ait pas de discrimination entre les différents éditeurs", explique dans un communiqué le président de l'office fédéral anti-cartel, Andreas Mundt.

"La position de force de Google ne doit pas avoir pour effet d'écarter les offres concurrentes des éditeurs ou d'autres fournisseurs d'informations", ajoute-t-il.

Adoptée en janvier dernier, une nouvelle loi allemande sur la concurrence renforce les compétences de l'autorité anti-trust pour lutter contre les pratiques anti-concurrentielles des grands groupes numériques. L'office fédéral anti-cartel peut ainsi interdire des pratiques anti-concurrentielles aux entreprises qui ont une position dominante sur les marchés.

Depuis janvier, l'autorité allemande a initié, en vertu de cette loi, des enquêtes contre Google, Facebook et Amazon pour pratiques anti-concurrentielles.

L'office fédéral anti-cartel profite de nouveaux pouvoirs que lui a conférés une récente loi allemande ciblant les pratiques des géants de l'internet et a lancé depuis le début de l'année des enquêtes tous azimuts. Dans cette nouvelle procédure, il veut examiner en détail l'offre du moteur de recherche américain appelée Google News Showcase: lancé à l'automne dernier en Allemagne, ce service permet aux médias partenaires, dont les journaux der Spiegel, Stern ou die Zeit, d'être rémunérés pour une sélection de contenus enrichis proposés par Google. Pour News Showcase, Google acquiert également des articles payants auprès d'éditeurs afin de les proposer gratuitement aux lecteurs. "La coopération avec Google peut être attrayante pour les éditeurs et autres fournisseurs d'informations et offrir aux consommateurs des informations nouvelles ou améliorées. Il convient toutefois de veiller à ce qu'il n'y ait pas de discrimination entre les différents éditeurs", explique dans un communiqué le président de l'office fédéral anti-cartel, Andreas Mundt. "La position de force de Google ne doit pas avoir pour effet d'écarter les offres concurrentes des éditeurs ou d'autres fournisseurs d'informations", ajoute-t-il. Adoptée en janvier dernier, une nouvelle loi allemande sur la concurrence renforce les compétences de l'autorité anti-trust pour lutter contre les pratiques anti-concurrentielles des grands groupes numériques. L'office fédéral anti-cartel peut ainsi interdire des pratiques anti-concurrentielles aux entreprises qui ont une position dominante sur les marchés. Depuis janvier, l'autorité allemande a initié, en vertu de cette loi, des enquêtes contre Google, Facebook et Amazon pour pratiques anti-concurrentielles.