Lire également "Monsieur Magnette, vous avez choqué notre profession"
...

Paul Magnette a affirmé dans son discours du 1er mai que le métier d'expert-comptable et de conseiller fiscal qui facture ses services à 400 euros de l'heure pour aider les entreprises à échapper à l'impôt était nuisible. Toute la profession s'est sentie offensée et l'a fait savoir sans ménagement. Qu'est-ce qui vous a le plus choqué dans la sortie du président du PS ? C'est de vouloir opposer les héros de la crise du coronavirus, comme le personnel hospitalier, à une profession qui essaie aussi de donner le meilleur d'elle-même. Il est évident que la santé prime sur l'économie. Mais en étant aux côtés des PME et des indépendants pour les guider dans ces moments difficiles, les experts-comptables et les conseillers fiscaux travaillent également dans l'intérêt général. L'expert-comptable sera d'ailleurs un acteur important de " l'après-confinement " afin de prodiguer les bons conseils à nos PME pour les aider à sortir de cette crise inédite. Une crise qui impose d'autres discussions que celles visant à opposer entre eux certains groupes professionnels. Est-ce à dire que le métier d'expert-comptable et de conseil fiscal reste mal compris ? Je pense effectivement que le monde politique a une vue trop restrictive de la profession. Tous nos membres ne gagnent pas des fortunes. Les 400 euros de l'heure dont parle Paul Magnette ne concernent peut-être que quelques avocats spécialisés ou des grands cabinets de consultance. Par ailleurs, il y a des canards boiteux dans toutes les professions, y compris en politique. Chaque jour nous nous battons pour interpréter correctement des lois fiscales de plus en plus complexes, qui ne respectent aucune logique mais servent à combler les trous budgétaires et créent une insécurité juridique totale. Il serait temps de simplifier le Code des impôts sur les revenus qui est devenu au fil des années le Code des impôts sur les charges. Certes, nous sommes les garants du respect de l'ensemble des législations mais nous ne sommes ni les auxiliaires de l'administration fiscale ni la main armée des fraudeurs. Comment recoller les morceaux ? J'imagine que le PTB pousse le PS à être plus de gauche, mais polémiquer ne sert à rien. J'ai personnellement adressé un courrier à monsieur Magnette pour l'inviter à discuter sereinement. Il faut profiter de cette intervention malheureuse pour aboutir à une meilleure compréhension de nos multiples missions (tenue de comptabilité, assistance fiscale, aide aux entreprises en difficulté, etc.). Et cela afin de non seulement rétablir l'honneur d'une profession qui s'est sentie injustement attaquée mais aussi de maintenir le tissu social et économique de nos entreprises qui vont en avoir bien besoin.