C'est dans l'Auditorium 2000 à Brussels Expo qu'ont été décernés les titres d'Ambassadeurs Trends Gazelles 2017. Durant cette soirée, qui s'est déroulée devant un large auditoire, les entreprises ayant enregistré la plus forte croissance ces cinq dernières années (2011-2015) ont été mises à l'honneur. Après les Gazelles provinciales, nous avons au final neuf ambassadeurs nationaux dont les portraits ont été publiés lors des événements provinciaux et que vous pouvez retrouver dans le guide des Trends Gazelles, proposé cette semaine avec votre magazine. Ce dernier reprend l'ensemble des articles et classements pour toutes les provinces du pays, tant pour la Wallonie que pour la Flandre, sans oublier Bruxelles. A la différence des années précédentes, la Région bruxelloise, qui était incorporée à la fois au classement flamand et au classement wallon lors de deux soirées distinctes, fait dorénavant l'objet d'un classement propre. Il y a donc cette année neuf Gazelles nationales mises à l'honneur.

Triplé liégeois

Les Gazelles nationales wallonnes émergent d'un classement total qui a regroupé 790 entreprises : 225 liégeoises, 225 hennuyères, 150 brabançonnes, 120 namuroises et 70 luxembourgeoises. Au final, ce sont les entreprises liégeoises qui réalisent le grand chelem au national avec pour les grandes entreprises PhysIOL, le spécialiste des lentilles intraoculaires pour la chirurgie de la cataracte ; pour les moyennes Pauls Holzindustrie, scierie intégrée avec une unité de cogénération et une production de pellets ; pour les petites, AE Valves, active dans la conception et l'assemblage de vannes spécifiques destinées à des applications cryogéniques.

Pour chaque catégorie, 20 entreprises, que vous découvrirez dans les pages qui suivent, ont été classées pour la Wallonie. Au total, ce sont donc 60 grandes, moyennes et petites entreprises qui figurent au tableau d'honneur national. Parmi elles, on recense 21 liégeoises, 19 hainuyères, 12 brabançonnes, cinq namuroises et trois luxembourgeoises. Une répartition quasi parfaite entre les deux bassins industriels historiques - même si les Gazelles ne sont pas nécessairement concentrées à Liège et Charleroi - et l'axe Brabant wallon/Namur-Luxembourg.

Gazelles bruxelloises et flamandes

A Bruxelles, les trois lauréates sont respectivement iKanbi Belgium (grandes), Valipat (moyennes) et Pareto (petites). Entreprise de télémarketing créée il y a un quart de siècle, iKanbi a un peu l'accent liégeois puisque, si son siège social est à Bruxelles, ses bureaux sont situés à Herstal. Elle est spécialisée dans la gestion des relations clients par tous les canaux possibles : téléphone, e-mails, sites web, réseaux sociaux et applications. Entre 2011 et 2015, iKanbi a vu son CA progresser de 12,8 à 27 millions d'euros et le nombre de collaborateurs de 70 à 195. Valipat est active dans une niche spécifique : la fourniture de services dans le domaine du droit de la propriété industrielle à des cabinets de conseil et des grandes entreprises. En 2015, elle affichait un CA de 21,6 millions d'euros contre 8,6 cinq ans auparavant.

Lauréate des Gazelles bruxelloises pour les entreprises starters en 2014, Pareto confirme son excellente santé. Cette jeune entreprise fondée en 2011 a pour métier la planification financière et fiscale. Elle compte une trentaine de personnes dans ses bureaux localisés à Zaventem. Entre 2011 et 2015, elle a multiplié par 20 sa marge brute qui est passée de 94.000 à 2 millions d'euros. Une remarquable progression qui lui vaut aujourd'hui d'être récompensée aux niveaux bruxellois et national.

En Flandre, les trois lauréats sont Materialise, Den Berg et Infohos Services. Spécialisée dans l'impression 3D où elle se positionne comme leader mondial, la louvaniste Materialise a vu son CA passer de 40 à 72 millions d'euros de 2011 à 2015. Localisée à Merksplas, en province d'Anvers, Den Berk cultive différentes variétés de tomates sur une vingtaine d'hectares avec un CA de l'ordre de 25 millions d'euros en 2015 contre neuf en 2011. Enfin, Infohos Services située à Oostkamp, en périphérie de Bruges, propose des solutions informatiques spécifiques pour les hôpitaux. Sa marge brute a sextuplé en cinq ans passant de 844.000 à plus de 5,3 millions d'euros.

Des entreprises qui investissent

Neuf Gazelles aux profils fort différents actives aussi bien dans les services que dans l'industrie classique. Elles présentent toutefois des caractéristiques similaires. On constate ainsi, et ce n'est pas une révélation, que les entreprises qui croissent plus rapidement que les autres sont également celles qui investissent davantage. Et qui s'investissent dans le tissu économique local où elles trouvent les compétences et les partenaires, et pour certaines la matière première, nécessaires à leur développement. Si la haute technologie est présente avec PhysIOL, AE Valves et Materialise, les secteurs traditionnels ne sont pas en reste dès qu'il s'agit de croissance. Comme en témoignent le producteur de tomates Den Berk ou la scierie Pauls Holzindustrie. Sans surprise, Bruxelles se profile d'abord comme une ville de services comme le prouvent ses trois lauréates.

Les Gazelles investissent dans leurs outils de production mais également dans la R&D. Nombre de lauréates provinciales se distinguent par leur caractère innovant tant au niveau des produits que des services qu'elles proposent. Conséquence logique de cette politique, la plupart d'entre elles s'illustrent à l'exportation. Non seulement en Europe mais également de plus en plus sur d'autres continents. Les Gazelles ne connaissent ni limites ni frontières.

GUY VAN DEN NOORTGATE

C'est dans l'Auditorium 2000 à Brussels Expo qu'ont été décernés les titres d'Ambassadeurs Trends Gazelles 2017. Durant cette soirée, qui s'est déroulée devant un large auditoire, les entreprises ayant enregistré la plus forte croissance ces cinq dernières années (2011-2015) ont été mises à l'honneur. Après les Gazelles provinciales, nous avons au final neuf ambassadeurs nationaux dont les portraits ont été publiés lors des événements provinciaux et que vous pouvez retrouver dans le guide des Trends Gazelles, proposé cette semaine avec votre magazine. Ce dernier reprend l'ensemble des articles et classements pour toutes les provinces du pays, tant pour la Wallonie que pour la Flandre, sans oublier Bruxelles. A la différence des années précédentes, la Région bruxelloise, qui était incorporée à la fois au classement flamand et au classement wallon lors de deux soirées distinctes, fait dorénavant l'objet d'un classement propre. Il y a donc cette année neuf Gazelles nationales mises à l'honneur. Les Gazelles nationales wallonnes émergent d'un classement total qui a regroupé 790 entreprises : 225 liégeoises, 225 hennuyères, 150 brabançonnes, 120 namuroises et 70 luxembourgeoises. Au final, ce sont les entreprises liégeoises qui réalisent le grand chelem au national avec pour les grandes entreprises PhysIOL, le spécialiste des lentilles intraoculaires pour la chirurgie de la cataracte ; pour les moyennes Pauls Holzindustrie, scierie intégrée avec une unité de cogénération et une production de pellets ; pour les petites, AE Valves, active dans la conception et l'assemblage de vannes spécifiques destinées à des applications cryogéniques. Pour chaque catégorie, 20 entreprises, que vous découvrirez dans les pages qui suivent, ont été classées pour la Wallonie. Au total, ce sont donc 60 grandes, moyennes et petites entreprises qui figurent au tableau d'honneur national. Parmi elles, on recense 21 liégeoises, 19 hainuyères, 12 brabançonnes, cinq namuroises et trois luxembourgeoises. Une répartition quasi parfaite entre les deux bassins industriels historiques - même si les Gazelles ne sont pas nécessairement concentrées à Liège et Charleroi - et l'axe Brabant wallon/Namur-Luxembourg. A Bruxelles, les trois lauréates sont respectivement iKanbi Belgium (grandes), Valipat (moyennes) et Pareto (petites). Entreprise de télémarketing créée il y a un quart de siècle, iKanbi a un peu l'accent liégeois puisque, si son siège social est à Bruxelles, ses bureaux sont situés à Herstal. Elle est spécialisée dans la gestion des relations clients par tous les canaux possibles : téléphone, e-mails, sites web, réseaux sociaux et applications. Entre 2011 et 2015, iKanbi a vu son CA progresser de 12,8 à 27 millions d'euros et le nombre de collaborateurs de 70 à 195. Valipat est active dans une niche spécifique : la fourniture de services dans le domaine du droit de la propriété industrielle à des cabinets de conseil et des grandes entreprises. En 2015, elle affichait un CA de 21,6 millions d'euros contre 8,6 cinq ans auparavant. Lauréate des Gazelles bruxelloises pour les entreprises starters en 2014, Pareto confirme son excellente santé. Cette jeune entreprise fondée en 2011 a pour métier la planification financière et fiscale. Elle compte une trentaine de personnes dans ses bureaux localisés à Zaventem. Entre 2011 et 2015, elle a multiplié par 20 sa marge brute qui est passée de 94.000 à 2 millions d'euros. Une remarquable progression qui lui vaut aujourd'hui d'être récompensée aux niveaux bruxellois et national. En Flandre, les trois lauréats sont Materialise, Den Berg et Infohos Services. Spécialisée dans l'impression 3D où elle se positionne comme leader mondial, la louvaniste Materialise a vu son CA passer de 40 à 72 millions d'euros de 2011 à 2015. Localisée à Merksplas, en province d'Anvers, Den Berk cultive différentes variétés de tomates sur une vingtaine d'hectares avec un CA de l'ordre de 25 millions d'euros en 2015 contre neuf en 2011. Enfin, Infohos Services située à Oostkamp, en périphérie de Bruges, propose des solutions informatiques spécifiques pour les hôpitaux. Sa marge brute a sextuplé en cinq ans passant de 844.000 à plus de 5,3 millions d'euros. Neuf Gazelles aux profils fort différents actives aussi bien dans les services que dans l'industrie classique. Elles présentent toutefois des caractéristiques similaires. On constate ainsi, et ce n'est pas une révélation, que les entreprises qui croissent plus rapidement que les autres sont également celles qui investissent davantage. Et qui s'investissent dans le tissu économique local où elles trouvent les compétences et les partenaires, et pour certaines la matière première, nécessaires à leur développement. Si la haute technologie est présente avec PhysIOL, AE Valves et Materialise, les secteurs traditionnels ne sont pas en reste dès qu'il s'agit de croissance. Comme en témoignent le producteur de tomates Den Berk ou la scierie Pauls Holzindustrie. Sans surprise, Bruxelles se profile d'abord comme une ville de services comme le prouvent ses trois lauréates. Les Gazelles investissent dans leurs outils de production mais également dans la R&D. Nombre de lauréates provinciales se distinguent par leur caractère innovant tant au niveau des produits que des services qu'elles proposent. Conséquence logique de cette politique, la plupart d'entre elles s'illustrent à l'exportation. Non seulement en Europe mais également de plus en plus sur d'autres continents. Les Gazelles ne connaissent ni limites ni frontières. GUY VAN DEN NOORTGATE