Avec le groupe Nonet, c'est une valeur sûre de l'entrepreneuriat namurois, déjà récompensée en 2016 du titre d'ambassadrice Gazelle, qui est à nouveau honorée. Un titre d'autant plus mérité que l'entreprise a connu une forte progression entre 2014 et 2018 avec un doublement de son chiffre d'affaires qui est passé en l'espace de cinq ans de 19 à 37 millions d'euros. "L'année 2018 a été exceptionnelle, tempère Simon Nonet, administrateur délégué. Nous avons bénéficié d'un climat favorable pour nos chantiers et ceux-ci ont été importants en nombre et en taille. En 2019, nous avons stabilisé et consolidé ces résultats." Le groupe Nonet s'appuie sur deux pôles. D'une part, avec Nonet proprement dit, les chantiers qui regroupent une palette d'activités telles que travaux de voiries, aménagements extérieurs, raccordement de câbles et de conduites, réalisation de terrains de sports et de loisirs et stabilisation de sols. D'autre part, le recyclage avec Hublet, une société reprise en 2003.

Signé Jean

L'année 2018 a également été celle du 60e anniversaire de l'entreprise et du passage de la deuxième à la troisième génération. C'est en 1958 que Jean Nonet a débuté à Bois-de-Villers comme indépendant avec une pelle, une brouette et un ouvrier. Son fils Jean-Jacques rejoint en 1973 l'entreprise qui compte alors une quinzaine d'ouvriers. Aujourd'hui, le groupe totalise 170 collaborateurs et réalise un chiffre d'affaires consolidé de 45 millions d'euros. La troisième génération a donc pris le relais il y a deux ans avec Simon qui occupe la fonction d'administrateur délégué, François (communication et marketing), Marie (formation) et Claire (ressources humaines). "Nos parents ont réglé la transmission de main de maître, souligne François Nonet. Le fait d'être frères et soeurs dans l'entreprise est une réelle force. Nous nous entendons très bien et sommes complémentaires. Nous décidons ensemble de la stratégie de l'entreprise et définissons les grandes orientations. L'intérêt de l'entreprise prime sur l'intérêt de chacun."

Depuis 2015, Nonet est basé à Floreffe. Le groupe est actif sur l'ensemble de la Wallonie. Parmi les évolutions concernant ses activités, on peut noter un développement de la démolition et du recyclage qui devrait continuer à croître dans les années qui viennent. "Avec le 'Stop au béton' et l'économie circulaire, on va favoriser le recyclage, analyse Simon Nonet. Dans ce domaine, nous disposons avec Hublet de réelles compétences pour répondre à ce challenge. La démolition aujourd'hui est devenue beaucoup plus 'chirurgicale' avec, dans bien des cas, la conservation des façades." Parallèlement à ses deux pôles d'activité, le groupe namurois a lancé une troisième activité baptisée Signé Jean, spécialisée dans l'aménagement extérieur pour les particuliers. "C'est un hommage à notre grand-père, expliquent les deux frères. Ce sont de plus petits chantiers qui demandent du sur-mesure et une attention particulière et pour lesquels nous avons mis en place des équipes dédiées." Cette année devrait se profiler comme 2019 et être stable en termes de résultats. "Si nous continuons à grandir, le plus grand défi qui nous attend sera de trouver les bonnes personnes. Car il n'y pas de secret, sans nos collaborateurs, nous n'aurions pas connu cette croissance", concluent Simon et François Nonet.

Avec le groupe Nonet, c'est une valeur sûre de l'entrepreneuriat namurois, déjà récompensée en 2016 du titre d'ambassadrice Gazelle, qui est à nouveau honorée. Un titre d'autant plus mérité que l'entreprise a connu une forte progression entre 2014 et 2018 avec un doublement de son chiffre d'affaires qui est passé en l'espace de cinq ans de 19 à 37 millions d'euros. "L'année 2018 a été exceptionnelle, tempère Simon Nonet, administrateur délégué. Nous avons bénéficié d'un climat favorable pour nos chantiers et ceux-ci ont été importants en nombre et en taille. En 2019, nous avons stabilisé et consolidé ces résultats." Le groupe Nonet s'appuie sur deux pôles. D'une part, avec Nonet proprement dit, les chantiers qui regroupent une palette d'activités telles que travaux de voiries, aménagements extérieurs, raccordement de câbles et de conduites, réalisation de terrains de sports et de loisirs et stabilisation de sols. D'autre part, le recyclage avec Hublet, une société reprise en 2003.L'année 2018 a également été celle du 60e anniversaire de l'entreprise et du passage de la deuxième à la troisième génération. C'est en 1958 que Jean Nonet a débuté à Bois-de-Villers comme indépendant avec une pelle, une brouette et un ouvrier. Son fils Jean-Jacques rejoint en 1973 l'entreprise qui compte alors une quinzaine d'ouvriers. Aujourd'hui, le groupe totalise 170 collaborateurs et réalise un chiffre d'affaires consolidé de 45 millions d'euros. La troisième génération a donc pris le relais il y a deux ans avec Simon qui occupe la fonction d'administrateur délégué, François (communication et marketing), Marie (formation) et Claire (ressources humaines). "Nos parents ont réglé la transmission de main de maître, souligne François Nonet. Le fait d'être frères et soeurs dans l'entreprise est une réelle force. Nous nous entendons très bien et sommes complémentaires. Nous décidons ensemble de la stratégie de l'entreprise et définissons les grandes orientations. L'intérêt de l'entreprise prime sur l'intérêt de chacun."Depuis 2015, Nonet est basé à Floreffe. Le groupe est actif sur l'ensemble de la Wallonie. Parmi les évolutions concernant ses activités, on peut noter un développement de la démolition et du recyclage qui devrait continuer à croître dans les années qui viennent. "Avec le 'Stop au béton' et l'économie circulaire, on va favoriser le recyclage, analyse Simon Nonet. Dans ce domaine, nous disposons avec Hublet de réelles compétences pour répondre à ce challenge. La démolition aujourd'hui est devenue beaucoup plus 'chirurgicale' avec, dans bien des cas, la conservation des façades." Parallèlement à ses deux pôles d'activité, le groupe namurois a lancé une troisième activité baptisée Signé Jean, spécialisée dans l'aménagement extérieur pour les particuliers. "C'est un hommage à notre grand-père, expliquent les deux frères. Ce sont de plus petits chantiers qui demandent du sur-mesure et une attention particulière et pour lesquels nous avons mis en place des équipes dédiées." Cette année devrait se profiler comme 2019 et être stable en termes de résultats. "Si nous continuons à grandir, le plus grand défi qui nous attend sera de trouver les bonnes personnes. Car il n'y pas de secret, sans nos collaborateurs, nous n'aurions pas connu cette croissance", concluent Simon et François Nonet.