Au départ d'une entreprise, il y a encore parfois un garage et toujours une passion. PMSweet réunit les deux. La pâtisserie est la passion de Michaël Labro depuis qu'il est enfant. Adolescent, il achète un livre sur les macarons. "J'ai essayé de réaliser les recettes mais cela ne ressemblait à rien, explique-t-il. Comme je suis tenace, j'ai cherché une aide sur internet et c'est ainsi que j'ai contacté Mercotte, membre du jury de l'émission télé LeMeilleur Pâtissier, qui m'a apporté de précieux conseils." Le jeune homme se lance alors dans la fabrication de macarons avec son meilleur ami Antoine. Des macarons qu'il propose aux particuliers et qui rencontrent un succès grandissant. Tant et si bien qu'ils quittent la cuisine de la maison au grand bonheur des parents pour les confectionner dans un petit atelier "installé dans le garage de mon grand-père".

" Le succès de l'entreprise est le fruit du travail d'une équipe inventive et dynamique. "

Les deux amis entament des études de médecine tout en continuant en parallèle à produire des macarons. "Antoine est aujourd'hui ophtalmologue, reprend Michaël Labro. Pour ma part, j'ai arrêté en cinquième année et opté pour les macarons. Me retrouvant seul, j'ai eu la chance de rencontrer Philippe Lhoest, qui venait de vendre son entreprise Frianda. A deux, nous avons créé PMSweet en 2014. C'est un peu l'alliance du vieux sage et du jeune fou." Une alliance fructueuse qui a vu la jeune entreprise prendre rapidement son envol. PMSweet a en effet séduit Carrefour et Delhaize, ce qui a dopé sa croissance. L'atelier de 80 m2 implanté au coeur de Liège est donc devenu vite trop exigu. Fin 2016, la Gazelle pâtissière déménageait à Vivegnis (Oupeye) où 3.000 m2 l'attendaient pour poursuivre sa progression.

Nouvelle implantation à Thimister

"Le succès de l'entreprise est le fruit du travail d'une équipe inventive et dynamique", souligne Michaël Labro. Un succès qui se traduit dans les chiffres. Aujourd'hui, pas moins de 700.000 macarons sortent tous les jours de l'usine de PMSweet, qui compte depuis 2021 un deuxième site de production adjacent au premier. Son ouverture a doublé le chiffre d'affaires, passant de 18 à 36 millions d'euros entre 2020 et 2021, alors qu'il s'élevait encore à 1,7 million en 2016.

PMSweet tourne sept jours sur sept et 24 heures sur 24. Elle emploie 130 équivalents temps plein, un effectif qui grossit avec des intérimaires lors de pics de vente comme les fêtes de fin d'année. Ses macarons de toutes les couleurs sont exportés partout dans le monde. Et l'entreprise ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. "Nous avons investi dans un bâtiment d'une superficie de 15.000 m2 à Thimister. Par ailleurs, nous allons également renforcer notre équipe R&D afin de créer de nouveaux produits. Avec, pour objectif, de continuer à offrir la même qualité qu'un artisan mais à l'échelle industrielle", conclut Michaël Labro.

Au départ d'une entreprise, il y a encore parfois un garage et toujours une passion. PMSweet réunit les deux. La pâtisserie est la passion de Michaël Labro depuis qu'il est enfant. Adolescent, il achète un livre sur les macarons. "J'ai essayé de réaliser les recettes mais cela ne ressemblait à rien, explique-t-il. Comme je suis tenace, j'ai cherché une aide sur internet et c'est ainsi que j'ai contacté Mercotte, membre du jury de l'émission télé LeMeilleur Pâtissier, qui m'a apporté de précieux conseils." Le jeune homme se lance alors dans la fabrication de macarons avec son meilleur ami Antoine. Des macarons qu'il propose aux particuliers et qui rencontrent un succès grandissant. Tant et si bien qu'ils quittent la cuisine de la maison au grand bonheur des parents pour les confectionner dans un petit atelier "installé dans le garage de mon grand-père". Les deux amis entament des études de médecine tout en continuant en parallèle à produire des macarons. "Antoine est aujourd'hui ophtalmologue, reprend Michaël Labro. Pour ma part, j'ai arrêté en cinquième année et opté pour les macarons. Me retrouvant seul, j'ai eu la chance de rencontrer Philippe Lhoest, qui venait de vendre son entreprise Frianda. A deux, nous avons créé PMSweet en 2014. C'est un peu l'alliance du vieux sage et du jeune fou." Une alliance fructueuse qui a vu la jeune entreprise prendre rapidement son envol. PMSweet a en effet séduit Carrefour et Delhaize, ce qui a dopé sa croissance. L'atelier de 80 m2 implanté au coeur de Liège est donc devenu vite trop exigu. Fin 2016, la Gazelle pâtissière déménageait à Vivegnis (Oupeye) où 3.000 m2 l'attendaient pour poursuivre sa progression. "Le succès de l'entreprise est le fruit du travail d'une équipe inventive et dynamique", souligne Michaël Labro. Un succès qui se traduit dans les chiffres. Aujourd'hui, pas moins de 700.000 macarons sortent tous les jours de l'usine de PMSweet, qui compte depuis 2021 un deuxième site de production adjacent au premier. Son ouverture a doublé le chiffre d'affaires, passant de 18 à 36 millions d'euros entre 2020 et 2021, alors qu'il s'élevait encore à 1,7 million en 2016. PMSweet tourne sept jours sur sept et 24 heures sur 24. Elle emploie 130 équivalents temps plein, un effectif qui grossit avec des intérimaires lors de pics de vente comme les fêtes de fin d'année. Ses macarons de toutes les couleurs sont exportés partout dans le monde. Et l'entreprise ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. "Nous avons investi dans un bâtiment d'une superficie de 15.000 m2 à Thimister. Par ailleurs, nous allons également renforcer notre équipe R&D afin de créer de nouveaux produits. Avec, pour objectif, de continuer à offrir la même qualité qu'un artisan mais à l'échelle industrielle", conclut Michaël Labro.