"Nous sommes actifs dans l'entretien de voiries, explique Ignace Govaert, administrateur délégué de A2. Cela concerne les abords et les accotements des routes et autoroutes mais également les voies ferrées, les voies hydrauliques et les zones vertes. Nos clients sont essentiellement des acteurs publics tels que des villes, communes, intercommunales, provinces, la Région wallonne, etc. Nos services concernent également la réparation et la rénovation de béton et d'ouvrages d'art."

A2 est une société familiale qui trouve son origine au nord du pays, plus précisément à Wetteren, en Flandre-Orientale. "Dans les années 1950 et 1960, mon grand-père Cyriel Govaert qui était un pépiniériste s'est lancé dans l'aménagement des bords des autoroutes que l'on commençait à construire. Il s'est occupé d'abord des plantations et ensuite de leur entretien (élagage, tonte, fauchage, etc.)."

Baptisée ABOG en Flandre, l'entreprise s'est développée sous l'impulsion des parents d'Ignace Govaert, Willy et Geertrui. Ses frères Kristof et Didier ainsi que sa soeur Inge la gèrent dorénavant, lui ayant en charge notre lauréate, A2, qui a été créée en 1992 et effectue en Wallonie un travail comparable à sa société soeur en Flandre.

Développement hainuyer

C'est en 2016 que la société A2 s'est implantée à Frameries. Elle était jusqu'alors installée en province de Liège, à Bassenge. "Nous avions de plus en plus de travail dans le Hainaut, confie Ignace Govaert. Nous avons commencé avec un conducteur et une équipe et au fil des chantiers, les effectifs se sont étoffés. Ce qui nous a amené à investir dans un nouveau site hainuyer."

Un investissement qui s'élève à 2,5 millions d'euros et comprend de nouveaux bureaux ainsi qu'un hangar pour le matériel et les machines. Aujourd'hui, A2 emploie 80 personnes dont 50 à Frameries et 30 à Bassenge. "En 2018, notre chiffre d'affaires devrait être compris entre 13 et 14 millions d'euros, poursuit l'administrateur délégué. Nous prévoyons de dépasser la barre des 15 millions cette année."

Le groupe familial dispose, outre de son site historique basé à Wetteren et de ses deux implantations wallonnes, également d'un bureau à Bruxelles. Son chiffre d'affaires consolidé s'élève à une quarantaine de millions d'euros: environ deux tiers pour ses activités en Flandre, et un tiers pour celles en Wallonie.

Entre 2013 et 2017, le chiffre d'affaires a doublé passant de 5 à plus de 10 millions d'euros et l'emploi a enregistré une progression similaire avec une bonne trentaine de collaborateurs en 2013 et plus de 60 cinq ans plus tard. Une belle croissance qu'Ignace Govaert attribue au regain d'activité en Wallonie ces récentes années. "Nous observons clairement une embellie en termes d'investissements publics concernant l'entretien des routes, autoroutes et autres voies de communication", confirme-t-il.

A2 a pu répondre à cette croissance grâce, d'une part, à son parc de machines et matériels divers tels que balayeuses, cureuses, tracteurs, grues, débroussailleuses, etc., et, d'autre part, à son personnel "composé de jeunes gens sérieux, motivés et flexibles", souligne Ignace Govaert. Et qui, pour une large majorité, sont issus de la région.