Les marques reprises en 2018 dans le segment des magazines féminins, comme Femmes d'Aujourd'hui, Libelle, Flair, GAEL et Feeling, se montrent d'une belle complémentarité par rapport au portefeuille de marques déjà fort de Roularta Media Group, souligne le communiqué. C'est elles qui expliquent la hausse du chiffre d'affaires.

Hors reprises, le chiffre d'affaires s'est tassé de 7,8 millions d'euros, soit 6,3%. "Cette baisse s'explique surtout par celle du chiffre d'affaires publicitaire, et ce, pour toutes les marques. Compte tenu des reprises, le chiffre d'affaires publicitaire est stationnaire et le marché des lecteurs affiche une hausse substantielle", précise encore Roularta.

Le bénéfice net est, lui, de 3,8 millions d'euros, contre 74 millions au 1er semestre 2018, soit une baisse de 94,9%. Le résultat net de 2018 comprenait la plus-value sur la vente de la participation dans Medialaan (150,3 millions d'euros), justifie Roularta.

"Hors dépenses publicitaires, nous prévoyons de la part de ces marques (les magazines féminins récemment acquis, NDLR) une contribution positive de même ordre au second semestre qu'au premier", prédit Roularta. Si "les presses magazine tournent à plein régime" et que "le marché des lecteurs se montre relativement stable grâce aux abonnements", le chiffre d'affaires publicitaire "demeure très volatil. On observe d'importantes fluctuations d'un mois à l'autre. Dès lors, la visibilité est insuffisante pour qu'on puisse émettre un pronostic pour le second semestre", conclut le groupe médiatique.