Entré par la porte?

C'est un véritable A319 acheté dans une casse en Grande-Bretagne, dont on a gardé une partie du fuselage et le cockpit (17m au total). Il a été remis en état après bien des péripéties. Masques à oxygène, ambiance sonore et visuelle, simulateur de vol, écrans pour les passagers, etc.: tout y est. Littéralement, un "gros" investissement pour Alain Loiseau, entrepreneur et ex-pilote de Brussels Airlines. "Un avion à l'intérieur d'un bâtiment, c'est unique au monde! Le transport jusqu'en Belgique a duré huit jours. Nous avons ensuite profité de l'ouv...

C'est un véritable A319 acheté dans une casse en Grande-Bretagne, dont on a gardé une partie du fuselage et le cockpit (17m au total). Il a été remis en état après bien des péripéties. Masques à oxygène, ambiance sonore et visuelle, simulateur de vol, écrans pour les passagers, etc.: tout y est. Littéralement, un "gros" investissement pour Alain Loiseau, entrepreneur et ex-pilote de Brussels Airlines. "Un avion à l'intérieur d'un bâtiment, c'est unique au monde! Le transport jusqu'en Belgique a duré huit jours. Nous avons ensuite profité de l'ouverture d'une porte au rez-de-chaussée du bâtiment pour faire entrer l'avion en plusieurs segments, avant de le remonter et d'y faire de nombreux travaux." Flylounge vise 30% de clients particuliers. En soirée et le week-end, ceux-ci peuvent suivre des séances de pilotage dans le simulateur de vol, prendre un repas à bord, organiser des événements privés, et même suivre une formation "phobie de l'avion". Pour le reste, l'espace s'adresse avant tout aux entreprises, pour accueillir conférences, workshops ou team buildings. "En installant Flylounge dans le quartier européen, je savais que j'aurais de gros marchés potentiels, notamment en matière de team building à forte valeur ajoutée, raconte Alain Loiseau. Mon étude de marché révèle en effet que les départements RH vont rapidement chercher des moyens de créer du lien efficacement." Après la perte de son poste de pilote de ligne, Alain Loiseau a su rebondir. "Je voulais faire quelque chose d'utile et d'ambitieux pour ne pas avoir de regrets. Et j'ai décidé de m'exprimer en tant qu'entrepreneur." Alain Loiseau veut faire de Flylounge un outil marketing en le réinventant souvent, "au travers de partenariats pour des événements récurrents ou éphémères, par exemple avec de grands chefs étoilés, des artistes ou des conférenciers." Malicieux, il ajoute: "The sky is the limit". Pour l'ancien pilote, le monde aérien est une aubaine pour les coachs et les entreprises. "Ils peuvent y puiser beaucoup de métaphores, par exemple sur la résilience, la gestion de crise, ou la communication." Il rappelle qu'un des pires crashs de l'aérien, celui de Tenerife où deux Boeing 747 sont entrés en collision, était dû en partie à une communication défaillante. Le Flylounge peut également servir de décor pour des films. Sept tournages y ont déjà eu lieu. En pleine pandémie de covid, ils ont permis à la PME de tirer son épingle du jeu. Initialement, Alain Loiseau visait 15% d'activité avec les clients du septième art.Un article de Liliane Fanello.