Ferrari a cherché ces dernières années à accroître progressivement sa production, tout en ayant à coeur de conserver la notion d'exclusivité. En 2010, il n'avait vendu par exemple que 6.573 véhicules.

L'Europe-Moyen-Orient-Afrique est le principal marché de Ferrari, avec 4.895 véhicules livrés sur l'année, soit une progression de 15,8%. Les livraisons ont bondi par ailleurs de 20,3% en région Chine-Hong Kong-Taïwan et de 12,9% dans le reste de l'Asie, tandis qu'elles ont diminué de 3,3% sur le continent américain.

Porté par ces ventes record, le chiffre d'affaires annuel du constructeur a augmenté de 10,1%, à 3,76 milliards d'euros, avec une hausse de même tendance au quatrième trimestre. Ce chiffre est en ligne avec les attentes.

Le bénéfice net a en revanche diminué de 11,2%, à 699 millions d'euros, un chiffre légèrement moins bon qu'attendu par les analystes (712 millions). Le recul a atteint 13,1% au quatrième trimestre.

La marque au cheval cabré a pourtant relevé ses objectifs pour 2020 par rapport à ce qui avait été annoncé lors de la présentation de son plan stratégique, en septembre 2018. Elle prévoit notamment désormais un chiffre d'affaires supérieur à 4,1 milliards d'euros (au lieu de supérieur à 3,8 milliards) et un Ebitda ajusté entre 1,38 et 1,43 milliard d'euros (contre supérieur à 1,3 milliard précédemment).

Ferrari a cherché ces dernières années à accroître progressivement sa production, tout en ayant à coeur de conserver la notion d'exclusivité. En 2010, il n'avait vendu par exemple que 6.573 véhicules. L'Europe-Moyen-Orient-Afrique est le principal marché de Ferrari, avec 4.895 véhicules livrés sur l'année, soit une progression de 15,8%. Les livraisons ont bondi par ailleurs de 20,3% en région Chine-Hong Kong-Taïwan et de 12,9% dans le reste de l'Asie, tandis qu'elles ont diminué de 3,3% sur le continent américain. Porté par ces ventes record, le chiffre d'affaires annuel du constructeur a augmenté de 10,1%, à 3,76 milliards d'euros, avec une hausse de même tendance au quatrième trimestre. Ce chiffre est en ligne avec les attentes. Le bénéfice net a en revanche diminué de 11,2%, à 699 millions d'euros, un chiffre légèrement moins bon qu'attendu par les analystes (712 millions). Le recul a atteint 13,1% au quatrième trimestre. La marque au cheval cabré a pourtant relevé ses objectifs pour 2020 par rapport à ce qui avait été annoncé lors de la présentation de son plan stratégique, en septembre 2018. Elle prévoit notamment désormais un chiffre d'affaires supérieur à 4,1 milliards d'euros (au lieu de supérieur à 3,8 milliards) et un Ebitda ajusté entre 1,38 et 1,43 milliard d'euros (contre supérieur à 1,3 milliard précédemment).