Diverses annonces ont été faites en marge de la publication de résultats trimestriels de groupes cotés à Wall Street. Lors d'un appel téléphonique avec des analystes fin avril, David Wehner, le directeur financier de Meta, la maison mère de Facebook, a ainsi évoqué un "ajustement" des objectifs d'embauche. "Nous réévaluons régulièrement notre vivier de talents en fonction de nos besoins commerciaux", a précisé à l'AFP un porte-parole de Meta. "A la lumière de nos dépenses prévisionnelles, communiquées lors de nos derniers résultats, nous ralentissons la croissance" du recrutement, a-t-il ajouté, précisant toutefois que l'objectif de long terme restait d'augmenter les effectifs du groupe, qui employait 77.805 personnes fin mars, en hausse de 28% sur un an.

Autre mastodonte de la tech et deuxième employeur aux Etats-Unis derrière Walmart, Amazon, qui comptait 1,6 million de salariés fin 2021 (soit plus du double qu'en 2019), a laissé entendre que des vagues de recrutement n'étaient pas à envisager dans l'immédiat. "Alors que le variant (Omicron, ndlr) a reculé dans la seconde partie du premier trimestre et que les employés sont revenus de congés, nous sommes rapidement passés d'une situation de sous-effectif à une situation de sur-effectif", a indiqué le directeur financier du groupe, Brian Olsavsky.

En pleine saga autour d'un rachat par Elon Musk, dont l'issue semble plus incertaine que jamais, Twitter a décidé de suspendre les recrutements non-essentiels. Quant au patron d'Uber, Dara Khosrowshahi, il a écrit dans un courriel adressé aux employés de l'entreprise et publié par CNBC, que les nouvelles embauches devraient être "traitées comme un privilège".

Si ces groupes n'ont pas annoncé de licenciements, c'est en revanche le cas de la plateforme de courtage en ligne Robinhood, qui a indiqué fin avril qu'elle supprimerait environ 9% de ses effectifs, soit près de 350 postes à plein temps. Cameo, une application qui permet de commander des messages vidéo personnalisés à des célébrités, a pour sa part mis fin au contrat de 80 employés, selon le site The Information.

Inflation

Les raisons de ces gels de l'emploi varient d'une entreprise à l'autre. Facebook a par exemple insisté sur l'impact sur ses revenus publicitaires des nouvelles règles imposées par Apple sur le partage des données. Twitter nage de son côté en pleine incertitude avec la saga Musk et ses rebondissements multiples, tandis qu'Uber a accusé une lourde perte due à sa participation au capital de plusieurs start-ups à la santé financière chancelante.Il existe toutefois des facteurs communs, à commencer par la fin de l'économie du confinement et la levée progressive des restrictions sanitaires.

"De nombreuses entreprises de la tech ont répondu à une demande croissante pour les services numériques en recrutant et ont fait grossir leurs chiffres d'affaires au cours des deux dernières années", explique Terry Kramer, professeur-adjoint à l'école de commerce de UCLA, qui cite le cas emblématique de la plateforme de vidéoconférences Zoom. "Une bonne partie de ce que nous observons en ce moment correspond à une phase de maturité dans l'adoption des technologies au cours de laquelle ces entreprises ne peuvent pas et n'ont pas besoin de continuer à croître au même rythme", poursuit M. Kramer.

Autre élément pesant sur le secteur: l'inflation toujours élevée. Elle pousse la banque centrale américaine (Fed) à relever ses taux directeurs, ce qui handicape la capacité des entreprises à emprunter, une situation particulièrement défavorable à la tech. "Beaucoup d'entreprises qui s'appuyaient sur une stratégie de croissance, ne prévoyant pas de dégager de profits à court terme, pensaient pouvoir continuer à obtenir des fonds grâce au marché boursier ou des investisseurs privés", décrit le spécialiste des prévisions économiques Daniil Manaenkov de l'université du Michigan. "C'est remis en cause."

A Wall Street, le sous-indice du S&P 500 regroupant le secteur des technologies de l'information a chuté de plus de 22% depuis le début de l'année, le Nasdaq de près de 25%. Pour Dan Ives de Wedbush Securities, une bulle spéculative, similaire à celle qu'ont connue les entreprises technologiques à la fin des années 1990, n'est cependant pas à craindre. "Il s'agit d'une correction massive dans un environnement de taux plus élevés, qui va conduire à une bifurcation claire du secteur de la tech entre des vainqueurs et des perdants", prédit l'analyste.

Diverses annonces ont été faites en marge de la publication de résultats trimestriels de groupes cotés à Wall Street. Lors d'un appel téléphonique avec des analystes fin avril, David Wehner, le directeur financier de Meta, la maison mère de Facebook, a ainsi évoqué un "ajustement" des objectifs d'embauche. "Nous réévaluons régulièrement notre vivier de talents en fonction de nos besoins commerciaux", a précisé à l'AFP un porte-parole de Meta. "A la lumière de nos dépenses prévisionnelles, communiquées lors de nos derniers résultats, nous ralentissons la croissance" du recrutement, a-t-il ajouté, précisant toutefois que l'objectif de long terme restait d'augmenter les effectifs du groupe, qui employait 77.805 personnes fin mars, en hausse de 28% sur un an.Autre mastodonte de la tech et deuxième employeur aux Etats-Unis derrière Walmart, Amazon, qui comptait 1,6 million de salariés fin 2021 (soit plus du double qu'en 2019), a laissé entendre que des vagues de recrutement n'étaient pas à envisager dans l'immédiat. "Alors que le variant (Omicron, ndlr) a reculé dans la seconde partie du premier trimestre et que les employés sont revenus de congés, nous sommes rapidement passés d'une situation de sous-effectif à une situation de sur-effectif", a indiqué le directeur financier du groupe, Brian Olsavsky.En pleine saga autour d'un rachat par Elon Musk, dont l'issue semble plus incertaine que jamais, Twitter a décidé de suspendre les recrutements non-essentiels. Quant au patron d'Uber, Dara Khosrowshahi, il a écrit dans un courriel adressé aux employés de l'entreprise et publié par CNBC, que les nouvelles embauches devraient être "traitées comme un privilège".Si ces groupes n'ont pas annoncé de licenciements, c'est en revanche le cas de la plateforme de courtage en ligne Robinhood, qui a indiqué fin avril qu'elle supprimerait environ 9% de ses effectifs, soit près de 350 postes à plein temps. Cameo, une application qui permet de commander des messages vidéo personnalisés à des célébrités, a pour sa part mis fin au contrat de 80 employés, selon le site The Information.Les raisons de ces gels de l'emploi varient d'une entreprise à l'autre. Facebook a par exemple insisté sur l'impact sur ses revenus publicitaires des nouvelles règles imposées par Apple sur le partage des données. Twitter nage de son côté en pleine incertitude avec la saga Musk et ses rebondissements multiples, tandis qu'Uber a accusé une lourde perte due à sa participation au capital de plusieurs start-ups à la santé financière chancelante.Il existe toutefois des facteurs communs, à commencer par la fin de l'économie du confinement et la levée progressive des restrictions sanitaires."De nombreuses entreprises de la tech ont répondu à une demande croissante pour les services numériques en recrutant et ont fait grossir leurs chiffres d'affaires au cours des deux dernières années", explique Terry Kramer, professeur-adjoint à l'école de commerce de UCLA, qui cite le cas emblématique de la plateforme de vidéoconférences Zoom. "Une bonne partie de ce que nous observons en ce moment correspond à une phase de maturité dans l'adoption des technologies au cours de laquelle ces entreprises ne peuvent pas et n'ont pas besoin de continuer à croître au même rythme", poursuit M. Kramer.Autre élément pesant sur le secteur: l'inflation toujours élevée. Elle pousse la banque centrale américaine (Fed) à relever ses taux directeurs, ce qui handicape la capacité des entreprises à emprunter, une situation particulièrement défavorable à la tech. "Beaucoup d'entreprises qui s'appuyaient sur une stratégie de croissance, ne prévoyant pas de dégager de profits à court terme, pensaient pouvoir continuer à obtenir des fonds grâce au marché boursier ou des investisseurs privés", décrit le spécialiste des prévisions économiques Daniil Manaenkov de l'université du Michigan. "C'est remis en cause."A Wall Street, le sous-indice du S&P 500 regroupant le secteur des technologies de l'information a chuté de plus de 22% depuis le début de l'année, le Nasdaq de près de 25%. Pour Dan Ives de Wedbush Securities, une bulle spéculative, similaire à celle qu'ont connue les entreprises technologiques à la fin des années 1990, n'est cependant pas à craindre. "Il s'agit d'une correction massive dans un environnement de taux plus élevés, qui va conduire à une bifurcation claire du secteur de la tech entre des vainqueurs et des perdants", prédit l'analyste.