Les deux organisations, qui rapportent une hausse "spectaculaire" du nombre de questions et plaintes concernant les annulations de voyage et de vol, demandent des solutions tant pour les consommateurs que les entreprises.

"Globalement, Test Achats tourne entre 1.500 et 2.000 demandes (tous domaines confondus) par jour, ce qui représente un surplus de 30 à 40% par rapport au début (et avant) de la crise", souligne le communiqué commun.

En Europe, des milliers de compagnies aériennes et d'agences de voyage obligent leurs clients à accepter les bons de valeur plutôt que le remboursement, dès lors en infraction avec la réglementation européenne, dénoncent les organismes de défense des consommateurs. "En outre, ces bons sont parfois émis sans garantie contraignante que les consommateurs pourront un jour les utiliser. La crise du Covid-19 ne peut pas être utilisée pour diminuer les droits des consommateurs", justifie Test Achats.

Ce dernier, qui a déjà mis plusieurs compagnies en demeure, entend dès lors négocier avec le secteur une clause de "hardship" permettant le remboursement (plutôt que le bon de valeur) pour les cas difficiles.

Globalement, Test Achats et Euroconsumers demandent aux autorités européennes de rappeler à l'ordre les dernières compagnies récalcitrantes et de ne pas accepter un système de bons de valeur particulièrement inopportun puisque bon nombre de celles-ci vont bénéficier de plan d'aides importantes. "Il est crucial que les entreprises de voyage et autres entreprises du secteur obtiennent les liquidités nécessaires pour garantir les droits des consommateurs, en ce compris les éventuels remboursements."

Les deux organisations, qui rapportent une hausse "spectaculaire" du nombre de questions et plaintes concernant les annulations de voyage et de vol, demandent des solutions tant pour les consommateurs que les entreprises. "Globalement, Test Achats tourne entre 1.500 et 2.000 demandes (tous domaines confondus) par jour, ce qui représente un surplus de 30 à 40% par rapport au début (et avant) de la crise", souligne le communiqué commun. En Europe, des milliers de compagnies aériennes et d'agences de voyage obligent leurs clients à accepter les bons de valeur plutôt que le remboursement, dès lors en infraction avec la réglementation européenne, dénoncent les organismes de défense des consommateurs. "En outre, ces bons sont parfois émis sans garantie contraignante que les consommateurs pourront un jour les utiliser. La crise du Covid-19 ne peut pas être utilisée pour diminuer les droits des consommateurs", justifie Test Achats. Ce dernier, qui a déjà mis plusieurs compagnies en demeure, entend dès lors négocier avec le secteur une clause de "hardship" permettant le remboursement (plutôt que le bon de valeur) pour les cas difficiles. Globalement, Test Achats et Euroconsumers demandent aux autorités européennes de rappeler à l'ordre les dernières compagnies récalcitrantes et de ne pas accepter un système de bons de valeur particulièrement inopportun puisque bon nombre de celles-ci vont bénéficier de plan d'aides importantes. "Il est crucial que les entreprises de voyage et autres entreprises du secteur obtiennent les liquidités nécessaires pour garantir les droits des consommateurs, en ce compris les éventuels remboursements."