L'administration fédérale en profite pour rappeler les règles en vigueur en ce qui concerne ces bons à valoir et leur remboursement éventuel étant donné l'interdiction de voyager pour des motifs non-essentiels durant le mois de février.

Ces vouchers corona, valables pour des voyages à forfait, ont une validité d'au moins un an. Ils assurent leurs détenteurs d'un remboursement en cas de faillite du tour-opérateur mais arrivent donc bientôt à échéance.

Ceux qui préfèrent ne pas utiliser leur bon à valoir ont le droit d'en demander le remboursement au voyagiste un an après qu'il a été émis. Celui-ci dispose alors de six mois pour en restituer la valeur totale.

Les personnes qui ont déjà réservé un nouveau voyage avec leur voucher ne savent, elles, pas encore s'il pourra avoir lieu, étant donné les restrictions pour les déplacements non-essentiels entrées en vigueur mercredi. Elles peuvent soit attendre une éventuelle annulation par l'organisateur soit le faire elles-mêmes gratuitement dès qu'il sera clair que le voyage ne peut pas avoir lieu. Toutefois, les voyageurs devront alors être en mesure de le prouver, par exemple car il existe une interdiction de se déplacer.

Dans ce cas également, il existe un droit à un remboursement complet, qui doit être effectué 14 jours après l'annulation. La simple crainte que le voyage ne puisse pas avoir lieu ne suffit pas, prévient le SPF Economie

Pas d'obligation d'accepter un bon à valoir

Depuis le 20 juin 2020, le consommateur n'est plus tenu d'accepter un bon à valoir. Si son voyage à forfait a été annulé après cette date, il peut dès lors réclamer un remboursement dans un délai de 14 jours suivant l'annulation.

S'il a malgré tout opté pour un bon à valoir, il doit avoir été au préalable clairement informé du risque de perdre son argent si l'organisateur fait faillite. L'administration fédérale recommande d'utiliser au plus vite ce voucher en réservant un nouveau voyage à forfait, ce qui permettra une couverture en cas d'éventuelle faillite du tour-opérateur. Si le voyage n'a finalement pas lieu, il devra être remboursé dans les 14 jours.

Les personnes ayant seulement réservé un vol ensuite annulé par la compagnie aérienne ont en principe droit à un remboursement ou à un billet pour un autre vol, quelle que soit la raison de l'annulation.

Celles ayant juste opté pour une chambre d'hôtel, un logement de vacances ou une voiture de location et dont la réservation a été annulée pour cause de coronavirus devront consulter les conditions générales de leur contrat.

L'administration fédérale en profite pour rappeler les règles en vigueur en ce qui concerne ces bons à valoir et leur remboursement éventuel étant donné l'interdiction de voyager pour des motifs non-essentiels durant le mois de février.Ces vouchers corona, valables pour des voyages à forfait, ont une validité d'au moins un an. Ils assurent leurs détenteurs d'un remboursement en cas de faillite du tour-opérateur mais arrivent donc bientôt à échéance. Ceux qui préfèrent ne pas utiliser leur bon à valoir ont le droit d'en demander le remboursement au voyagiste un an après qu'il a été émis. Celui-ci dispose alors de six mois pour en restituer la valeur totale. Les personnes qui ont déjà réservé un nouveau voyage avec leur voucher ne savent, elles, pas encore s'il pourra avoir lieu, étant donné les restrictions pour les déplacements non-essentiels entrées en vigueur mercredi. Elles peuvent soit attendre une éventuelle annulation par l'organisateur soit le faire elles-mêmes gratuitement dès qu'il sera clair que le voyage ne peut pas avoir lieu. Toutefois, les voyageurs devront alors être en mesure de le prouver, par exemple car il existe une interdiction de se déplacer. Dans ce cas également, il existe un droit à un remboursement complet, qui doit être effectué 14 jours après l'annulation. La simple crainte que le voyage ne puisse pas avoir lieu ne suffit pas, prévient le SPF EconomiePas d'obligation d'accepter un bon à valoir Depuis le 20 juin 2020, le consommateur n'est plus tenu d'accepter un bon à valoir. Si son voyage à forfait a été annulé après cette date, il peut dès lors réclamer un remboursement dans un délai de 14 jours suivant l'annulation. S'il a malgré tout opté pour un bon à valoir, il doit avoir été au préalable clairement informé du risque de perdre son argent si l'organisateur fait faillite. L'administration fédérale recommande d'utiliser au plus vite ce voucher en réservant un nouveau voyage à forfait, ce qui permettra une couverture en cas d'éventuelle faillite du tour-opérateur. Si le voyage n'a finalement pas lieu, il devra être remboursé dans les 14 jours. Les personnes ayant seulement réservé un vol ensuite annulé par la compagnie aérienne ont en principe droit à un remboursement ou à un billet pour un autre vol, quelle que soit la raison de l'annulation. Celles ayant juste opté pour une chambre d'hôtel, un logement de vacances ou une voiture de location et dont la réservation a été annulée pour cause de coronavirus devront consulter les conditions générales de leur contrat.