"Super nouvelle! C'est une honte nationale de spéculer sur la peau des Italiens", a commenté dans un communiqué le président de l'Union nationale des consommateurs UNC, Massimiliano Dona.

"Le problème n'est pas uniquement le prix astronomique des produits, mais la vente de masques non conformes, qui n'avaient aucune efficacité, y compris lorsqu'ils étaient utilisés par des personnes infectées par le coronavirus", a-t-il souligné.

Face à l'épidémie de coronavirus, les Italiens se sont rués sur les masques de protection et les gels désinfectants, provoquant une pénurie dans les pharmacies et de nombreux supermarchés du Nord du pays. Les escrocs n'ont pas tardé à chercher à en tirer profit.

Mardi matin, un internaute proposait ainsi un flacon d'un litre de solution antibactérienne pour 300 euros sur le site de vente en ligne Ebay. Pour un désinfectant pour bébé, il fallait débourser pas moins de 240 euros.

"Super nouvelle! C'est une honte nationale de spéculer sur la peau des Italiens", a commenté dans un communiqué le président de l'Union nationale des consommateurs UNC, Massimiliano Dona. "Le problème n'est pas uniquement le prix astronomique des produits, mais la vente de masques non conformes, qui n'avaient aucune efficacité, y compris lorsqu'ils étaient utilisés par des personnes infectées par le coronavirus", a-t-il souligné. Face à l'épidémie de coronavirus, les Italiens se sont rués sur les masques de protection et les gels désinfectants, provoquant une pénurie dans les pharmacies et de nombreux supermarchés du Nord du pays. Les escrocs n'ont pas tardé à chercher à en tirer profit. Mardi matin, un internaute proposait ainsi un flacon d'un litre de solution antibactérienne pour 300 euros sur le site de vente en ligne Ebay. Pour un désinfectant pour bébé, il fallait débourser pas moins de 240 euros.