En novembre dernier, Thierry Saegeman, directeur nucléaire chez Engie Electrabel, avait déjà déclaré dans un message au personnel que l'entreprise n'investirait plus dans les préparatifs d'une telle prolongation.

L'objectif du gouvernement est justement de fermer les sept centrales nucléaires en Belgique à l'horizon 2025. Engie arrêtera donc d'investir à long terme dans son parc nucléaire et procèdera à un amortissement correspondant.

Le but est de pouvoir boucler à temps les investissements de maintenance, les achats d'uranium et l'adaptation de la réglementation, note Le Soir mardi.

En 2018, Engie avait déjà réduit la valeur des centrales fissurées Doel 3 et Tihange 2 de 615 millions d'euros. L'année suivante, un nouvel amortissement était opéré à hauteur d'un milliard d'euros, alors qu'une prolongation de la vie des centrales apparaissait moins vraisemblable. Le groupe ne tablait à 20 ans que sur les revenus générés par les deux centrales les plus jeunes, à savoir Doel 4 et Tihange 3, ce qui était valorisé dans ses comptes à 1,9 milliard d'euros.

En novembre dernier, Thierry Saegeman, directeur nucléaire chez Engie Electrabel, avait déjà déclaré dans un message au personnel que l'entreprise n'investirait plus dans les préparatifs d'une telle prolongation. L'objectif du gouvernement est justement de fermer les sept centrales nucléaires en Belgique à l'horizon 2025. Engie arrêtera donc d'investir à long terme dans son parc nucléaire et procèdera à un amortissement correspondant. Le but est de pouvoir boucler à temps les investissements de maintenance, les achats d'uranium et l'adaptation de la réglementation, note Le Soir mardi. En 2018, Engie avait déjà réduit la valeur des centrales fissurées Doel 3 et Tihange 2 de 615 millions d'euros. L'année suivante, un nouvel amortissement était opéré à hauteur d'un milliard d'euros, alors qu'une prolongation de la vie des centrales apparaissait moins vraisemblable. Le groupe ne tablait à 20 ans que sur les revenus générés par les deux centrales les plus jeunes, à savoir Doel 4 et Tihange 3, ce qui était valorisé dans ses comptes à 1,9 milliard d'euros.