Comme le projet d'Engie à Vilvorde n'avait pu obtenir son permis à l'échéance prévue (le 15 mars), le gouvernement avait enclenché un re-run, soit la relance de la première enchère du CRM, le mécanisme de r...

Comme le projet d'Engie à Vilvorde n'avait pu obtenir son permis à l'échéance prévue (le 15 mars), le gouvernement avait enclenché un re-run, soit la relance de la première enchère du CRM, le mécanisme de rémunération de la capacité qui doit assurer la sécurité d'approvisionnement après la fermeture de cinq de nos sept réacteurs nucléaires. Elia, le gestionnaire du réseau haute tension, a annoncé la semaine dernière que c'est le projet de centrale au gaz de Luminus à Seraing (870 MW) qui a été choisi. Comme c'était prévu par la loi, le prix proposé était le même que celui de l'enchère initiale d'octobre. Ce projet, prévu sur le site d'une centrale existante, dispose d'un permis définitif et sans appel. Suite à l'annonce, Luminus a lancé les travaux préparatoires afin d'être prêt dans les temps. En fin de compte, c'est la région liégeoise qui va permettre à la Belgique de compenser la sortie partielle du nucléaire. En effet, l'autre centrale au gaz choisie sera construite aux Awirs à cinq kilomètres du site sérésien.