Contrôlé à 67% par l'Etat norvégien, Equinor disposait fin 2021 de 1,2 milliard de dollars d'actifs en Russie, où il est lié depuis 2012 au puissant groupe pétrolier Rosneft dans le cadre d'un partenariat.

"Dans la situation actuelle, nous jugeons notre position intenable", a indiqué le directeur général de l'entreprise norvégienne, Anders Opedal, dans un communiqué.

"Nous allons cesser tout nouvel investissement dans nos activités russes et entamer le processus de désengagement de nos joint-ventures d'une manière conforme à nos valeurs", a-t-il ajouté.

Dimanche, la major britannique BP avait de son côté annoncé qu'elle allait se désengager de Rosneft dont elle détient 19,75%.

Comme BP, Equinor a indiqué que la décision de désengagement l'obligerait à passer des provisions.

La compagnie norvégienne produit quelque 25.000 barils équivalent-pétrole par jour (bep/j) en Russie, une fraction de sa production totale qui tourne autour de 2 millions bep/j.

"Nous sommes tous profondément troublés par l'invasion de l'Ukraine, qui représente un terrible revers pour le monde, et nous pensons à tous ceux qui souffrent à cause de l'opération militaire", a souligné M. Opedal.

La Norvège n'est pas membre de l'Union européenne mais applique les mêmes sanctions que l'Union européenne à l'égard de la Russie depuis le début de la crise en Ukraine.

Dimanche, le gouvernement norvégien a aussi annoncé que le fonds souverain du pays, le plus gros au monde, allait totalement se désengager de Russie, où il disposait de 2,5 milliards d'euros en actions et obligations fin 2021.

Contrôlé à 67% par l'Etat norvégien, Equinor disposait fin 2021 de 1,2 milliard de dollars d'actifs en Russie, où il est lié depuis 2012 au puissant groupe pétrolier Rosneft dans le cadre d'un partenariat."Dans la situation actuelle, nous jugeons notre position intenable", a indiqué le directeur général de l'entreprise norvégienne, Anders Opedal, dans un communiqué."Nous allons cesser tout nouvel investissement dans nos activités russes et entamer le processus de désengagement de nos joint-ventures d'une manière conforme à nos valeurs", a-t-il ajouté.Dimanche, la major britannique BP avait de son côté annoncé qu'elle allait se désengager de Rosneft dont elle détient 19,75%.Comme BP, Equinor a indiqué que la décision de désengagement l'obligerait à passer des provisions.La compagnie norvégienne produit quelque 25.000 barils équivalent-pétrole par jour (bep/j) en Russie, une fraction de sa production totale qui tourne autour de 2 millions bep/j."Nous sommes tous profondément troublés par l'invasion de l'Ukraine, qui représente un terrible revers pour le monde, et nous pensons à tous ceux qui souffrent à cause de l'opération militaire", a souligné M. Opedal.La Norvège n'est pas membre de l'Union européenne mais applique les mêmes sanctions que l'Union européenne à l'égard de la Russie depuis le début de la crise en Ukraine.Dimanche, le gouvernement norvégien a aussi annoncé que le fonds souverain du pays, le plus gros au monde, allait totalement se désengager de Russie, où il disposait de 2,5 milliards d'euros en actions et obligations fin 2021.