Parmi ceux qui s'apprêtent à renégocier leur rémunération (44%), ce sont les travailleurs de la génération Y (51% d'entre eux) et les baby-boomers (49%) qui y sont le plus enclins.

Plus de deux tiers (67%) des personnes sondées estiment que leur salaire n'a pas évolué proportionnellement à leurs tâches et responsabilités. Les autres raisons avancées sont le besoin d'une rémunération plus élevée pour financer le train de vie (13%), pour répondre aux besoins de base (11%) ou parce que leur salaire actuel n'est pas conforme à leur fonction ou secteur (9%).

En cas de refus de leur employeur, 40% des employés attendraient le prochain entretien d'évaluation pour réitérer leur demande, 29% en profiteraient pour demander des avantages extralégaux ou une fonction mieux payée, tandis qu'11% seraient prêts à chercher un nouvel emploi.

"Pas moins de 59% des employés belges se disent plus confiants qu'il y a un an dans leurs perspectives de trouver un nouvel emploi. On peut donc dire que la confiance des travailleurs quant à leurs débouchés sur le marché de l'emploi grandit", relève Frédérique Bruggeman, Managing Director de Robert Half Belux.

Parmi ceux qui s'apprêtent à renégocier leur rémunération (44%), ce sont les travailleurs de la génération Y (51% d'entre eux) et les baby-boomers (49%) qui y sont le plus enclins.Plus de deux tiers (67%) des personnes sondées estiment que leur salaire n'a pas évolué proportionnellement à leurs tâches et responsabilités. Les autres raisons avancées sont le besoin d'une rémunération plus élevée pour financer le train de vie (13%), pour répondre aux besoins de base (11%) ou parce que leur salaire actuel n'est pas conforme à leur fonction ou secteur (9%).En cas de refus de leur employeur, 40% des employés attendraient le prochain entretien d'évaluation pour réitérer leur demande, 29% en profiteraient pour demander des avantages extralégaux ou une fonction mieux payée, tandis qu'11% seraient prêts à chercher un nouvel emploi."Pas moins de 59% des employés belges se disent plus confiants qu'il y a un an dans leurs perspectives de trouver un nouvel emploi. On peut donc dire que la confiance des travailleurs quant à leurs débouchés sur le marché de l'emploi grandit", relève Frédérique Bruggeman, Managing Director de Robert Half Belux.