"Nous avons examiné tous les scénarios possibles afin de maintenir nos opérations commerciales, mais nous sommes arrivés à la conclusion que nous devons malheureusement dire au revoir à quelques unes des merveilleuses personnes qui ont travaillé pour nous", a déclaré dans un communiqué la compagnie, qui emploie environ 100.000 personnes.

Emirates, qui exploite une flotte de 270 gros-porteurs, avait annoncé en mars une réduction temporaire de 25 à 50% des salaires de base de la plupart de ses employés après avoir cloué au sol sa flotte.

"La pandémie actuelle a eu un impact sur de nombreuses industries dans le monde", a souligné Emirates dans son communiqué. "Nous réévaluons continuellement la situation et nous devrons nous adapter à cette période de transition", a ajouté la compagnie.

Emirates a déclaré le 10 mai qu'il faudrait au moins 18 mois pour que la demande de voyages revienne à "un semblant de normalité", même après avoir fait état de bénéfices exceptionnels avant la pandémie. Le transporteur avait suspendu ses vols le 22 mars avant de reprendre certains services deux semaines plus tard.

La semaine dernière, il a commencé à assurer des services réguliers mais partiels vers un certain nombre d'aéroports, pour la plupart occidentaux. Jeudi, la compagnie aérienne publique du Koweït, Kuwait Airways, a elle annoncé licencier 1.500 employés expatriés, qui représentent un quart de ses effectifs.

"Nous avons examiné tous les scénarios possibles afin de maintenir nos opérations commerciales, mais nous sommes arrivés à la conclusion que nous devons malheureusement dire au revoir à quelques unes des merveilleuses personnes qui ont travaillé pour nous", a déclaré dans un communiqué la compagnie, qui emploie environ 100.000 personnes.Emirates, qui exploite une flotte de 270 gros-porteurs, avait annoncé en mars une réduction temporaire de 25 à 50% des salaires de base de la plupart de ses employés après avoir cloué au sol sa flotte."La pandémie actuelle a eu un impact sur de nombreuses industries dans le monde", a souligné Emirates dans son communiqué. "Nous réévaluons continuellement la situation et nous devrons nous adapter à cette période de transition", a ajouté la compagnie.Emirates a déclaré le 10 mai qu'il faudrait au moins 18 mois pour que la demande de voyages revienne à "un semblant de normalité", même après avoir fait état de bénéfices exceptionnels avant la pandémie. Le transporteur avait suspendu ses vols le 22 mars avant de reprendre certains services deux semaines plus tard.La semaine dernière, il a commencé à assurer des services réguliers mais partiels vers un certain nombre d'aéroports, pour la plupart occidentaux. Jeudi, la compagnie aérienne publique du Koweït, Kuwait Airways, a elle annoncé licencier 1.500 employés expatriés, qui représentent un quart de ses effectifs.