Les affirmations du patron de Tesla et SpaceX "sont factuellement inexactes, juridiquement insuffisantes et commercialement non pertinentes. Nous avons hâte que le procès ait lieu", a tweeté jeudi Bret Taylor, le président du conseil d'administration de la plateforme.

Mi-juillet, Twitter a attaqué Elon Musk en justice devant la Delaware Court of Chancery, un tribunal spécialisé en droit des affaires, pour le contraindre à honorer son engagement d'acquisition pour 44 milliards de dollars. Le procès doit s'ouvrir le 17 octobre. Mais vendredi, l'homme le plus riche au monde a contre-attaqué avec une plainte "confidentielle".

"C'est une tentative d'échapper à un contrat que Musk ne trouve plus intéressant depuis que le marché des actions a baissé", assènent les avocats du réseau social. Elon Musk a démarché Twitter en avril, puis signé un accord pour 54,20 dollars par action. Il y a mis fin unilatéralement début juillet, au motif que la société basée à San Francisco aurait, selon lui, menti sur la proportion de comptes automatisés et de spams sur sa plateforme.

D'après le document déposé jeudi par Twitter, le patron de Tesla accuse le conseil d'administration d'avoir dissimulé la vraie proportion de comptes inauthentiques, qui serait d'après lui de l'ordre de 10% des utilisateurs actifs au quotidien et exposés à la publicité. Twitter l'estime inférieure à 5%.

Les affirmations du patron de Tesla et SpaceX "sont factuellement inexactes, juridiquement insuffisantes et commercialement non pertinentes. Nous avons hâte que le procès ait lieu", a tweeté jeudi Bret Taylor, le président du conseil d'administration de la plateforme. Mi-juillet, Twitter a attaqué Elon Musk en justice devant la Delaware Court of Chancery, un tribunal spécialisé en droit des affaires, pour le contraindre à honorer son engagement d'acquisition pour 44 milliards de dollars. Le procès doit s'ouvrir le 17 octobre. Mais vendredi, l'homme le plus riche au monde a contre-attaqué avec une plainte "confidentielle". "C'est une tentative d'échapper à un contrat que Musk ne trouve plus intéressant depuis que le marché des actions a baissé", assènent les avocats du réseau social. Elon Musk a démarché Twitter en avril, puis signé un accord pour 54,20 dollars par action. Il y a mis fin unilatéralement début juillet, au motif que la société basée à San Francisco aurait, selon lui, menti sur la proportion de comptes automatisés et de spams sur sa plateforme. D'après le document déposé jeudi par Twitter, le patron de Tesla accuse le conseil d'administration d'avoir dissimulé la vraie proportion de comptes inauthentiques, qui serait d'après lui de l'ordre de 10% des utilisateurs actifs au quotidien et exposés à la publicité. Twitter l'estime inférieure à 5%.