Ne vous inquiétez pas pour les jeunes. C'est surtout la génération actuelle de travailleurs qui inquiète Elke Geraerts, docteur en psychologie. "Pourtant, on entend régulièrement des gens dire que les jeunes qui grandissent aujourd'hui seront une génération perdue. À cause des traumatismes de la crise du Covid, à cause des retards d'apprentissage, etc. Je ne le crois pas. Les jeunes pendant la crise du coronavirus ont dû faire appel à leur résilience pour faire face à cette période. Ils vont s'épanouir. Peut-être même mieux que nous. J'espère que nous n'entrerons pas dans l'histoire comme "la" génération perdue. C'est nous, la génération mature, celle qui a reçu un signal d'alarme depuis presque deux ans, mais qui n'en a toujours rien fait. Rien, vraiment. La gestion de crise, nous l'avons appliquée, certes. Mais nous n'avons pas encore opté pour une véritable transformation de nos modes de vie et de travail. Nous nous languissons encore trop du passé au lieu d'oser regarder vers l'avenir."
...

Ne vous inquiétez pas pour les jeunes. C'est surtout la génération actuelle de travailleurs qui inquiète Elke Geraerts, docteur en psychologie. "Pourtant, on entend régulièrement des gens dire que les jeunes qui grandissent aujourd'hui seront une génération perdue. À cause des traumatismes de la crise du Covid, à cause des retards d'apprentissage, etc. Je ne le crois pas. Les jeunes pendant la crise du coronavirus ont dû faire appel à leur résilience pour faire face à cette période. Ils vont s'épanouir. Peut-être même mieux que nous. J'espère que nous n'entrerons pas dans l'histoire comme "la" génération perdue. C'est nous, la génération mature, celle qui a reçu un signal d'alarme depuis presque deux ans, mais qui n'en a toujours rien fait. Rien, vraiment. La gestion de crise, nous l'avons appliquée, certes. Mais nous n'avons pas encore opté pour une véritable transformation de nos modes de vie et de travail. Nous nous languissons encore trop du passé au lieu d'oser regarder vers l'avenir."Selon Elke Geraerts, les adultes garderont aussi des traumatismes de cette crise sanitaire. Cela inclut la manière dont les choses fonctionnent, que ce soit au bureau, à la maison ou de manière numérique. L'indice Work Trend 2021 soulignait qu'environ un employé sur cinq estime que son employeur ne se soucie pas de l'équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie privée. 54 % des employés se sentent surchargés de travail, 39 % sont épuisés. Pour Elke Geraerts : "Les gens souffriront donc certainement encore de stress post-traumatique. Nous n'avons jamais connu une expérience de résilience de ce genre auparavant. En outre, avant même l'apparition de la pandémie, nous étions déjà confrontés à une crise. Nous avions créé un monde que nous ne pouvions plus suivre. La quantité d'informations qui augmente continuellement chaque année, la connectivité perpétuelle et l'addiction à nos écrans nous ont déjà conduits à une situation où notre cerveau ne se repose que rarement. Si l'on ajoute à cela la crise sanitaire et le passage au travail hybride, on comprend qu'il est important, en tant qu'individu, de prendre ses responsabilités et d'écouter son corps et son esprit.Cette situation ne fait-elle pas peser beaucoup de responsabilités sur l'individu ? On peut essayer de tracer des frontières "vie privée-vie professionnelle", mais c'est difficile, maintenant que de nombreuses entreprises doivent rattraper leur retard.ELKE GERAERTS. "Je ne vois pas tellement les gens tracer des frontières. Je vois surtout beaucoup de résistance, par exemple contre les nouvelles réglementations au travail. Si l'entreprise vous demande de venir au bureau trois jours par semaine, on répond souvent qu'ailleurs ils ne doivent le faire que deux jours par semaine. Cette résistance est devenue typique de notre société. Au niveau individuel, nous sommes toujours en train de râler à propos de tout. C'est tellement facile de faire porter la soi-disant responsabilité, ou bien toutes vos attentes, sur le gouvernement ou sur l'entreprise pour laquelle vous travaillez. Et si vous faites cela, vous justifiez également par la suite que vous pouvez vous plaindre si vos attentes ne sont pas entièrement satisfaites. Le résultat est surtout la passivité. C'est seulement lorsque vous reprenez le contrôle et le sens des responsabilités que vous vous grandissez et avancez. Si vous vous complaisez dans la victimisation et reportez tous vos griefs sur l'employeur et le gouvernement, vous êtes à côté de la plaque.Cela ne dédouane-t-il pas les entreprises de leur responsabilité à l'égard de leurs employés ?GERAERTS. "Vous ne pouvez pas demander à vos employés de changer si la façon de travailler dans votre organisation reste la même, c'est vrai. Si nous voulons que le travail hybride devienne la norme, les entreprises doivent créer des processus et des espaces qui permettent à leurs employés de se concentrer. Au début de la pandémie, les gens cherchaient surtout des moyens de continuer à travailler à domicile. À l'avenir, le travail à domicile sera davantage une question de concentration. Cela signifie que l'entreprise doit aussi changer de culture, passer du contrôle à la confiance en ses employés. De nombreuses organisations ont déjà conclu qu'elles devaient faire les choses différemment."La transformation pour aller vers le travail hybride peut-elle également être considérée comme une opération économique, en fermant une partie des bureaux par exemple ?GERAERTS. "Au contraire. On vient d'assister à une évolution des bureaux paysagers bon marché vers des espaces permettant un travail hybride optimal. Avec différentes salles et pièces de travail pour téléphoner, se concentrer, se rencontrer ou simplement être ensemble et rechercher une interaction sociale. Cela nécessite des investissements, mais les entreprises sont prêtes à les faire. La crise du Covid a fait du bien-être mental une priorité. Alors qu'avant la pandémie, le suivi était souvent assuré par le département du service des ressources humaines. Aujourd'hui, j'entends dire que même les entreprises les plus rationnelles veulent créer davantage de sécurité psychologique. Pour que les gens se sentent en sécurité et puissent être ouverts les uns aux autres, y compris en ce qui concerne les erreurs qu'ils commettent. Et j'entends non seulement les mères, mais aussi les pères, dire qu'ils veulent un équilibre différent entre vie professionnelle et vie privée."En outre, je remarque que bon nombre d'entreprises consacrent désormais beaucoup d'efforts au coaching individuel de leurs employés, couvrant ainsi tout le spectre des problèmes mentaux possibles. Il s'agit là aussi d'un investissement important. Une personne qui est absente pendant des mois en raison d'un burn-out professionnel coûte beaucoup plus cher à une entreprise. Nous pensons donc maintenant davantage au long terme. C'est presque inévitable. Les chefs d'entreprise ont également remarqué que les gens n'étaient pas satisfaits avec une pensée à court terme, telle que nous l'avons vue, ces derniers temps, dans notre gouvernement. Ils choisissent consciemment de ne pas suivre ce mauvais exemple."Le travail sur la résilience au niveau individuel ne reste-t-il pas l'apanage de quelques privilégiés ?GERAERTS. "Nous guidons des employés à tous les niveaux, des manutentionnaires aux PDG de multinationales. Nous vivons des temps incertains, ils sont incertains pour tout le monde. Le PDG, qui a des milliers d'employés qui doivent à nouveau travailler à domicile et qui voit la production de son entreprise s'arrêter à cause du coronavirus, passe, lui aussi, des nuits blanches. Je ne le ou la compterais donc plus parmi les heureux élus. Que vous souhaitiez simplement gagner votre vie ou sortir votre entreprise du marasme, il s'agit toujours de la même chose. Il faut garder la tête froide, ne pas se laisser emporter dans une spirale négative et continuer à voir ce que l'on veut changer. N'importe qui peut le faire."Alors pourquoi y a-t-il tant de personnes qui ne peuvent plus trouver d'espace mental pour cela ?GERAERTS. "Je vois aussi beaucoup de gens qui ont une grosse baisse de régime. Mais la question est de savoir si ces personnes ne trouvent vraiment pas d'espace mental, ou si elles pensent seulement cela parce qu'ainsi elles ne veulent rien changer. Notre cerveau aime rester dans notre zone de confort et tentera de vous convaincre par toutes sortes de moyens d'y rester. Mais il existe des moyens de prendre du temps et de réfléchir à ce que vous voulez vraiment. Même si ce n'est que pour passer les dix minutes, avant de vous endormir, à penser à ce qui s'est bien passé dans la journée, à ce que vous avez fait pour quelqu'un d'autre et à ce que vous aimeriez refaire demain. Votre esprit est alors à nouveau éveillé et vous ne vivez pas en pilotage automatique. Cependant, les gens trouvent souvent inconfortable de sortir de leur routine. Ils planifient donc leur vie pour ne pas avoir à penser à ce qu'ils pourraient vouloir changer."Tout le monde ne peut pas simplement quitter ce pour quoi il a toujours travaillé, n'est-ce pas ?GERAERTS. "Je ne dis pas non plus que tout le monde devrait soudainement changer d'emploi maintenant. Si votre conclusion est que vous ne voulez pas quitter votre cage dorée, c'est bien. Mais il faut ensuite assumer les conséquences qui vont avec ce choix et en tirer le meilleur parti. Même si vous n'êtes pas entièrement satisfait. Dans chaque travail, il y a des choses qui peuvent vous donner de l'énergie, mais vous devez en être conscient. D'autant que les gens ont une tendance quasi automatique à se plaindre de leur travail. En effet, pendant trop longtemps, nous avons créé une séparation entre notre travail et notre vie privée. Alors que vous ne pouvez pas du tout faire cette séparation. Nous sommes une seule et même personne.Les dangers de cette intégration et du fait de nous définir par rapport notre travail sont soulignés depuis des années.GERAERTS. "Nous sommes définitivement plus que notre travail et notre travail ne devrait effectivement pas être la seule chose qui détermine notre identité. J'entends donc l'intégration entre le travail et la vie privée plutôt que l'inverse. Nous ouvrons déjà tous numériquement nos "bureaux à domicile" aux autres. Pourquoi ne pas ouvrir un peu plus nos coeurs ? Cela ferait une grande différence.Ouvrir nos coeurs ?GERAERTS. "Montrer qui nous sommes vraiment et partager nos vulnérabilités et la dynamique de l'entreprise avec nos collègues. Tordre le cou à l'idée reçue que nous ne pouvons plus le faire, que cette quatrième vague est trop forte. Nos collègues seront également mieux à même d'y répondre que si nous nous contentons de faire notre travail comme des robots. De cette manière, la résilience devient une responsabilité collective. Nous en aurons besoin pour traverser la période à venir. Certaines personnes sont devenues des encyclopédies ambulantes sur le coronavirus. Je n'ai moi-même aucune idée du nombre de personnes en soins intensifs actuellement, mais je sais exactement qui appeler pour obtenir une mise à jour immédiate de mon ordinateur (rires). Il y avait aussi tellement d'opportunités et de raisons d'être reconnaissant. Parce que nous avons pu continuer à travailler, par exemple. Parce que nos enfants ont pu continuer à recevoir une enseignement grâce à la technologie que nous avons créée. Il y a encore tellement de bonnes choses dans ce monde. Vous devez juste continuer à vouloir les voir."Est-ce ainsi que les gens cherchent quelque chose à se raccrocher en cette période ?GERAERTS. "En effet, ce n'est pas aussi simple que de sortir de sa grotte, de chasser un animal pour le dîner et puis de s'endormir. Et refaire exactement la même chose le jour suivant. Bien sûr, nous sommes très fatigués de cette flexibilité qui nous est demandée en permanence. Mais vous savez ce qui nous fatigue encore plus ? C'est se plaindre de cette flexibilité. Faites directement les choses, au lieu de râler d'abord, pour devoir les faire quand même après."C'est un message difficile, surtout pour les personnes en difficulté.GERAERTS. "Oui, mais mes idées sur la réinitialisation mentale ne sont pas non plus destinées à dorloter les gens. J'ai longtemps vécu à Rotterdam et les dockers de cette ville ont un grand dicton : "Ne faites pas de conneries, mais nettoyez". Nous sommes à une époque où on peut appliquer ce dicton parfaitement. Nous pouvons continuer à parler de qui a mal fait quoi, ou nous pouvons faire le ménage chez nous.