"Nous sommes dans un flou général", concède M. Couvreur, qui dit ne pas comprendre pourquoi la direction n'a pas détaillé l'ensemble du plan de restructuration dès mardi. Les syndicats prendront dès lors une décision vendredi à la sortie du nouveau conseil d'entreprise. "La journée de demain sera très importante", commente le délégué CNE.

La direction avait alors annoncé son intention de supprimer 60 équivalents temps plein, sur un total de 280 travailleurs. Selon elle, ce "plan de redéploiement", qui passe par un licenciement collectif, vise à garantir le futur de l'éditeur du journal L'Avenir dans un contexte de baisse généralisée des ventes des titres de presse. En réaction, les différentes éditions du quotidien qui ont été publiées mercredi et jeudi ont été amputées de 25% de leur contenu, dans toutes les rubriques.

L'initiative, soutenue par tous les salariés des Editions de l'Avenir, symbolise la coupe de 25% dans les effectifs de l'entreprise. Cette action sera prolongée jusque vendredi, indique M. Couvreur. Le journal devrait reprendre une forme normale dès samedi, mais d'autres types d'action ne sont pas exclus.