Le principe de cette levée de fonds avait été dévoilé le 18 février, rappelle EDF dans un communiqué, mais son montant est finalement bien plus élevé que les 2,5 milliards alors annoncés par l'entreprise détenue à près de 84% par l'Etat.

Le groupe, qui s'attend à un plongeon de son résultat en 2022, doit composer avec des problèmes dans la production nucléaire et les mesures du gouvernement pour limiter la hausse des factures d'électricité. Il mettra en vente deux nouvelles actions pour 13 actions existantes, au prix unitaire de 6,35 euros par nouvelle action, avec un maintien du droit préférentiel de souscription.

"L'augmentation de capital que nous lançons aujourd'hui permettra au groupe de renforcer sa structure bilancielle, dans le contexte des événements de début 2022, et de poursuivre sa stratégie CAP 2030", a indiqué le PDG du groupe Jean-Bernard Lévy, cité dans le communiqué.

En 2021, le groupe a vu son bénéfice net multiplié par 8 à 5,1 milliards d'euros mais a prévenu qu'il serait lourdement affecté cette année en raison de problèmes de corrosion sur les systèmes de sécurité de plusieurs réacteurs. Ces problèmes ont conduit à des arrêts prolongés pour plusieurs d'entre eux. Mais surtout, le groupe va pâtir des mesures du gouvernement pour limiter la hausse des factures d'électricité à 4% cette année. Cette mesure gouvernementale, en plein débat sur le pouvoir d'achat et à l'approche de la présidentielle, oblige EDF à vendre plus d'électricité nucléaire à prix bradé à ses concurrents (46,2 euros par MWh), alors que les cours sur les marchés de gros sont très élevés (257 euros par MWh).

Ses résultats devraient ainsi être amputés cette année d'environ 11 milliards d'euros à cause de la baisse de production nucléaire et de huit milliards à cause des mesures exceptionnelles du gouvernement, qui s'est décidé à mettre la main au portefeuille.

Le principe de cette levée de fonds avait été dévoilé le 18 février, rappelle EDF dans un communiqué, mais son montant est finalement bien plus élevé que les 2,5 milliards alors annoncés par l'entreprise détenue à près de 84% par l'Etat. Le groupe, qui s'attend à un plongeon de son résultat en 2022, doit composer avec des problèmes dans la production nucléaire et les mesures du gouvernement pour limiter la hausse des factures d'électricité. Il mettra en vente deux nouvelles actions pour 13 actions existantes, au prix unitaire de 6,35 euros par nouvelle action, avec un maintien du droit préférentiel de souscription. "L'augmentation de capital que nous lançons aujourd'hui permettra au groupe de renforcer sa structure bilancielle, dans le contexte des événements de début 2022, et de poursuivre sa stratégie CAP 2030", a indiqué le PDG du groupe Jean-Bernard Lévy, cité dans le communiqué. En 2021, le groupe a vu son bénéfice net multiplié par 8 à 5,1 milliards d'euros mais a prévenu qu'il serait lourdement affecté cette année en raison de problèmes de corrosion sur les systèmes de sécurité de plusieurs réacteurs. Ces problèmes ont conduit à des arrêts prolongés pour plusieurs d'entre eux. Mais surtout, le groupe va pâtir des mesures du gouvernement pour limiter la hausse des factures d'électricité à 4% cette année. Cette mesure gouvernementale, en plein débat sur le pouvoir d'achat et à l'approche de la présidentielle, oblige EDF à vendre plus d'électricité nucléaire à prix bradé à ses concurrents (46,2 euros par MWh), alors que les cours sur les marchés de gros sont très élevés (257 euros par MWh). Ses résultats devraient ainsi être amputés cette année d'environ 11 milliards d'euros à cause de la baisse de production nucléaire et de huit milliards à cause des mesures exceptionnelles du gouvernement, qui s'est décidé à mettre la main au portefeuille.