Depuis Santa Marta, en Colombie, jusqu'au port de Bordeaux ce sont environ 22 tonnes de café qui ont été importées à la voile à bord de la goélette "Avontuur". Il aura fallu 2 mois à l'équipage de 16 personnes pour réaliser la traversée transatlantique et économiser plus de 3 tonnes de CO2. Après avoir été torréfié artisanalement en Belgique, ce café "vert" est maintenant disponible aux consommateurs belges.

Le transport maritime du café est un poste important dans l'émission de carbone de Javry Coffee, d'où son envie de trouver d'autres modes de transport plus écologiques. "On insiste beaucoup sur le fait que c'est possible et que c'est en bougeant les lignes que les plus gros acteurs se lanceront dans la construction de paquebots voiliers. Notre partenaire français TOWT (TransOceanic Wind Transport) vient d'ailleurs de lancer son chantier pour construire d'ici l'été 2023 un voilier-cargo de plus de 1000 tonnes qui permettra de quasiment rivaliser avec le transport classique à moteur", explique Pierre-Yves Orban, le cofondateur de Javry Coffee, à Trends Tendances.

Importer 50% des cafés par voilier porte-conteneurs d'ici 2025

Bémol : ce type de transport écologique innovant présente un certain coût. "Actuellement, ce transport coûte 20 fois plus cher qu'un fret maritime classique. Mais, si on veut faire changer les choses, il faut avancer et accepter de payer un prix juste",est d'avis le co-fondateur de Javry.

22 tonnes de café ont été acheminées dans ce voilier. , PG
22 tonnes de café ont été acheminées dans ce voilier. © PG

Deux paramètres importants impactent le prix : la lenteur du transport et l'équipage de 16 personnes. "C'est beaucoup comparé à l'équipage d'une trentaine de personnes d'un paquebot qui transporte 1000 tonnes", commente Pierre-Yves Orban.

Pas question pour autant pour l'entreprise de répercuter ces coûts supplémentaires sur le consommateur final. " On essaie que cela ne se répercute pas trop sur le prix du café. Toute la chaine fait des efforts en prenant des marges moins importantes pour que le client ne le ressente pas trop", déclare Pierre-Yves Orban. Le consommateur accepte, de son côté, de payer 1 ou 2 euros supplémentaires par kilo de café.

Ce café importé à la voile est le premier d'une longue série pour la société belge. Javry a comme objectif de rendre le transport à la voile comme une alternative viable au transport traditionnel de marchandises. Son objectif, avec son partenaire de sourcing Belco, est d'importer 50% des cafés par voilier porte-conteneurs d'ici 2025. Pour des raisons de continuité de stock, la société ne pourrait toutefois pas tout acheminer par ce moyen de transport beaucoup plus lent.

En chiffres

22 tonnes de café

2 mois de traversée

3 tonnes de CO2 d'économisés

20 fois plus cher qu'un fret maritime classique

Depuis Santa Marta, en Colombie, jusqu'au port de Bordeaux ce sont environ 22 tonnes de café qui ont été importées à la voile à bord de la goélette "Avontuur". Il aura fallu 2 mois à l'équipage de 16 personnes pour réaliser la traversée transatlantique et économiser plus de 3 tonnes de CO2. Après avoir été torréfié artisanalement en Belgique, ce café "vert" est maintenant disponible aux consommateurs belges. Le transport maritime du café est un poste important dans l'émission de carbone de Javry Coffee, d'où son envie de trouver d'autres modes de transport plus écologiques. "On insiste beaucoup sur le fait que c'est possible et que c'est en bougeant les lignes que les plus gros acteurs se lanceront dans la construction de paquebots voiliers. Notre partenaire français TOWT (TransOceanic Wind Transport) vient d'ailleurs de lancer son chantier pour construire d'ici l'été 2023 un voilier-cargo de plus de 1000 tonnes qui permettra de quasiment rivaliser avec le transport classique à moteur", explique Pierre-Yves Orban, le cofondateur de Javry Coffee, à Trends Tendances. Bémol : ce type de transport écologique innovant présente un certain coût. "Actuellement, ce transport coûte 20 fois plus cher qu'un fret maritime classique. Mais, si on veut faire changer les choses, il faut avancer et accepter de payer un prix juste",est d'avis le co-fondateur de Javry.Deux paramètres importants impactent le prix : la lenteur du transport et l'équipage de 16 personnes. "C'est beaucoup comparé à l'équipage d'une trentaine de personnes d'un paquebot qui transporte 1000 tonnes", commente Pierre-Yves Orban.Pas question pour autant pour l'entreprise de répercuter ces coûts supplémentaires sur le consommateur final. " On essaie que cela ne se répercute pas trop sur le prix du café. Toute la chaine fait des efforts en prenant des marges moins importantes pour que le client ne le ressente pas trop", déclare Pierre-Yves Orban. Le consommateur accepte, de son côté, de payer 1 ou 2 euros supplémentaires par kilo de café. Ce café importé à la voile est le premier d'une longue série pour la société belge. Javry a comme objectif de rendre le transport à la voile comme une alternative viable au transport traditionnel de marchandises. Son objectif, avec son partenaire de sourcing Belco, est d'importer 50% des cafés par voilier porte-conteneurs d'ici 2025. Pour des raisons de continuité de stock, la société ne pourrait toutefois pas tout acheminer par ce moyen de transport beaucoup plus lent.