En lançant Belbaby en novembre 2019, Tarik Hodzic n'en est pas à son coup d'essai. Depuis plusieurs années déjà, il commercialise en tant qu'indépendant des meubles pour enfants fabriqués dans l'usine familiale en Bosnie. Après des années de travail sur les routes du monde entier, l'entrepreneur a envie de se poser. C'est ainsi qu'après avoir étudié le marché, il décide de créer une société et de proposer des produits de puériculture 100% belges. Belbaby commercialise actuellement deux marques : Songes et Rigolades, qui propose des meubles pour bébés et enfants, ainsi que Jeux d'enfants, qui vend des vêtements et autres articles de puériculture.
...

En lançant Belbaby en novembre 2019, Tarik Hodzic n'en est pas à son coup d'essai. Depuis plusieurs années déjà, il commercialise en tant qu'indépendant des meubles pour enfants fabriqués dans l'usine familiale en Bosnie. Après des années de travail sur les routes du monde entier, l'entrepreneur a envie de se poser. C'est ainsi qu'après avoir étudié le marché, il décide de créer une société et de proposer des produits de puériculture 100% belges. Belbaby commercialise actuellement deux marques : Songes et Rigolades, qui propose des meubles pour bébés et enfants, ainsi que Jeux d'enfants, qui vend des vêtements et autres articles de puériculture. " Les meubles Songes et Rigolades existent depuis longtemps déjà, explique l'entrepreneur. Désireux d'agrandir notre offre, je suis parti à la recherche d'autres produits et c'est ainsi que j'ai racheté la marque Jeux d'enfants. Je connaissais déjà bien cette marque car il nous arrivait de collaborer avec elle pour l'habillage des meubles Songes et Rigolades. J'y ai donc vu une belle opportunité de créer des synergies. " Jeux d'enfants est une marque de puériculture entièrement confectionnée en Belgique, qui souhaite offrir des articles qualitatifs dans une gamme de prix accessibles. Les produits sont fabriqués depuis le début dans des ateliers protégés : c'est un aspect de la chaîne de production que Tarik voulait absolument conserver, respect des travailleurs oblige. " Nous travaillons avec les Ateliers du 94 à La Louvière et nous sommes entièrement satisfaits de leurs prestations. Pas question pour moi de délocaliser : nous sommes une marque belge, il est donc logique que nous la produisions aussi chez nous. Même chose pour les matières premières, nous essayons de travailler le plus localement possible et de ne pas sortir du périmètre européen. " Pour Tarik Hodzic, le point positif du rachat de cette marque est qu'il ne partait pas de rien. " Elle disposait déjà d'une clientèle, de points de vente, de fournisseurs, etc. ", explique-t-il. Toutefois, les deux dernières années, l'entreprise rapportait de moins en moins. Pour la première année de reprise, Tarik s'était donc fixé comme objectif d'atteindre un chiffre d'affaires de 150.000 euros. " Je voyais cette première année comme une année de transition pour asseoir mon business sans me fixer des objectifs inatteignables. Mais juste après la reprise, nous avons eu la chance de décrocher un contrat avec deux des plus gros distributeurs dans le domaine de la puériculture, ce qui était très prometteur pour l'évolution de notre chiffre d'affaires ", assure-t-il. Ainsi, le 15 mars, Jeux d'enfants avait déjà atteint 40 % du chiffre d'affaires espéré. Puis la pandémie du coronavirus est venue bouleverser tout ça... " Les points de vente qui commercialisent nos produits sont fermés et notre vente en ligne n'est pas encore très développée. Nous avons réactivé le site très récemment, mais cela ne nous permet pas de maintenir le niveau des ventes. Nous avons aussi octroyé des délais de paiement sans savoir quand ceux-ci seront vraiment honorés. Personne ne sait combien de temps cette crise va durer, aussi il est encore difficile d'en évaluer les conséquences. A long terme, il est possible que certains magasins qui vendent nos produits fassent faillite. Par ailleurs, il ne faut pas négliger le marché de la seconde main, qui devient un concurrent de plus en plus important, surtout si les clients se retrouvent avec moins de moyens financiers suite à la crise sanitaire, " Mais notre entrepreneur veut rester positif. Quand il a repris l'affaire, les produits Jeux d'enfants étaient vendus dans une cinquantaine de points de vente, essentiellement en Wallonie. " L'un de mes premiers objectifs est donc de faire connaître et de développer la marque dans le reste du pays mais aussi, à plus long terme, en France et aux Pays-Bas. Un premier pas a déjà été effectué dans ce sens avec la participation de Jeux d'enfants au salon Maison et Objets à Paris ", explique-t-il. En mars, une nouvelle collection a été lancée et une deuxième suivra en septembre. Par Gaëlle Hoogsteyn.