Cette réalité relativement nouvelle vaut aussi pour les dirigeants d'entreprise au sens large. Au point qu'il est devenu indispensable de s'assurer contre ces risques : une telle assurance couvre aujourd'hui pas moins de 86 % des administrateurs et dirigeants interrogés par le courtier d'assurance et gestionnaire de risques Aon Belgique et le cabinet d'avocats CMS DeBacker. Près de la moitié de ces personnes estiment même que cette assurance devrait être obligatoire.

Si le risque couru par les administrateurs et dirigeants a tellement augmenté, c'est clairement en raison de l'alourdissement de la législation, estiment 80 % des sondés. Parmi les autres raisons invoquées, on relève l'évolution de la jurisprudence et la crise économique, mais plus encore l'influence des médias et la meilleure connaissance de leurs droits par les parties lésées. Voilà un jugement qui ne manque pas d'intérêt : on peut en conclure que les victimes se défendent mieux et sont mieux défendues. Qui oserait s'en plaindre ?

Cette réalité relativement nouvelle vaut aussi pour les dirigeants d'entreprise au sens large. Au point qu'il est devenu indispensable de s'assurer contre ces risques : une telle assurance couvre aujourd'hui pas moins de 86 % des administrateurs et dirigeants interrogés par le courtier d'assurance et gestionnaire de risques Aon Belgique et le cabinet d'avocats CMS DeBacker. Près de la moitié de ces personnes estiment même que cette assurance devrait être obligatoire. Si le risque couru par les administrateurs et dirigeants a tellement augmenté, c'est clairement en raison de l'alourdissement de la législation, estiment 80 % des sondés. Parmi les autres raisons invoquées, on relève l'évolution de la jurisprudence et la crise économique, mais plus encore l'influence des médias et la meilleure connaissance de leurs droits par les parties lésées. Voilà un jugement qui ne manque pas d'intérêt : on peut en conclure que les victimes se défendent mieux et sont mieux défendues. Qui oserait s'en plaindre ?