Le compteur affiche par ailleurs 7.582 entreprises en faillite depuis le début de l'année. Par rapport aux huit premiers mois de 2012, la hausse est de 12,27%.

Bruxelles a été la Région la plus touchée entre janvier et août avec une hausse de 31,83% des faillites. La tendance à la hausse est également présente en Wallonie (+10,1%) et en Flandre (+6,1%).

"L'amélioration enregistrée au mois d'août ne compense pas la flambée de juillet. Le bilan de l'été est noir", a commenté l'Union des Classes Moyennes (UCM), après la publication des statistiques de Graydon.

Les chiffres des huit premiers mois montrent que la tendance reste mauvaise dans les activités proches des consommateurs : horeca, construction, commerce de détail. Dans les services aux entreprises aussi, les faillites sont en nette hausse, ajoute l'UCM.

Depuis le début de l'année, les faillites ont entraîné 17.097 pertes d'emploi, soit une moyenne de 2,25 emplois par faillite. Ce dernier chiffre "prouve que ce sont les très petites entreprises qui souffrent le plus de la morosité économique persistante", estime l'UCM.

Le compteur affiche par ailleurs 7.582 entreprises en faillite depuis le début de l'année. Par rapport aux huit premiers mois de 2012, la hausse est de 12,27%. Bruxelles a été la Région la plus touchée entre janvier et août avec une hausse de 31,83% des faillites. La tendance à la hausse est également présente en Wallonie (+10,1%) et en Flandre (+6,1%). "L'amélioration enregistrée au mois d'août ne compense pas la flambée de juillet. Le bilan de l'été est noir", a commenté l'Union des Classes Moyennes (UCM), après la publication des statistiques de Graydon. Les chiffres des huit premiers mois montrent que la tendance reste mauvaise dans les activités proches des consommateurs : horeca, construction, commerce de détail. Dans les services aux entreprises aussi, les faillites sont en nette hausse, ajoute l'UCM. Depuis le début de l'année, les faillites ont entraîné 17.097 pertes d'emploi, soit une moyenne de 2,25 emplois par faillite. Ce dernier chiffre "prouve que ce sont les très petites entreprises qui souffrent le plus de la morosité économique persistante", estime l'UCM.