Selon le rapport, "les retards de paiement entravent le développement des entreprises partout en Europe et paralysent la croissance économique et sociale en général". En Belgique, près de quatre entreprises interrogées sur dix (36 %) estiment que les retards de paiements sont un frein à leur croissance. Environ deux sur trois (68%) déclarent qu'un paiement plus rapide de la part des clients leur permettrait d'élargir leurs gammes de produits et de services et 46% pensent que cela leur permettrait de recruter davantage de travailleurs.

L'inflation est également au centre des préoccupations des entreprises. Deux tiers d'entre elles (64%) admettent n'avoir aucune expérience concernant la manière de limiter les conséquences de cette inflation, près de la moitié (48%) pensent que l'inflation les empêche de croitre et 56% s'inquiètent de ne pas pouvoir répondre aux exigences salariales à cause de l'inflation. Plus de la moitié des entreprises interrogées (56%) admettent également rencontrer des difficultés à payer leurs fournisseurs.

Une vaste majorité des entreprises belges interrogées (83%), indiquent que leur priorité est le renforcement de leurs liquidités et leur trésorerie. Pour ce faire, plus de trois quarts d'entre elles précisent vouloir améliorer leur gestion des dettes et du crédit et 55% veulent optimiser leur gestion des retards de paiement, en admettant toutefois être bloqué par un manque de compétences et de moyens en interne.

"La croissance des entreprises constitue aujourd'hui un immense défi stratégique", explique Guy Colpaert, Directeur général d'Intrum Benelux. "Bon nombre d'entreprises se retrouvent coincées entre, d'une part, les fortes augmentations des prix de l'énergie et des matières premières et, d'autre part, leurs clients qui voient leur pouvoir d'achat dégringoler et qui ont de plus en plus de difficultés à payer leurs factures."

Le European Payment Report d'Intrum a été réalisé du 14 janvier au 14 avril 2022 dans 29 pays européens. Au total, 11.007 entreprises actives dans 15 secteurs différents (détail, industrie, logistique, technologie) y ont pris part, dont 500 entreprises belges.

Selon le rapport, "les retards de paiement entravent le développement des entreprises partout en Europe et paralysent la croissance économique et sociale en général". En Belgique, près de quatre entreprises interrogées sur dix (36 %) estiment que les retards de paiements sont un frein à leur croissance. Environ deux sur trois (68%) déclarent qu'un paiement plus rapide de la part des clients leur permettrait d'élargir leurs gammes de produits et de services et 46% pensent que cela leur permettrait de recruter davantage de travailleurs. L'inflation est également au centre des préoccupations des entreprises. Deux tiers d'entre elles (64%) admettent n'avoir aucune expérience concernant la manière de limiter les conséquences de cette inflation, près de la moitié (48%) pensent que l'inflation les empêche de croitre et 56% s'inquiètent de ne pas pouvoir répondre aux exigences salariales à cause de l'inflation. Plus de la moitié des entreprises interrogées (56%) admettent également rencontrer des difficultés à payer leurs fournisseurs.Une vaste majorité des entreprises belges interrogées (83%), indiquent que leur priorité est le renforcement de leurs liquidités et leur trésorerie. Pour ce faire, plus de trois quarts d'entre elles précisent vouloir améliorer leur gestion des dettes et du crédit et 55% veulent optimiser leur gestion des retards de paiement, en admettant toutefois être bloqué par un manque de compétences et de moyens en interne. "La croissance des entreprises constitue aujourd'hui un immense défi stratégique", explique Guy Colpaert, Directeur général d'Intrum Benelux. "Bon nombre d'entreprises se retrouvent coincées entre, d'une part, les fortes augmentations des prix de l'énergie et des matières premières et, d'autre part, leurs clients qui voient leur pouvoir d'achat dégringoler et qui ont de plus en plus de difficultés à payer leurs factures." Le European Payment Report d'Intrum a été réalisé du 14 janvier au 14 avril 2022 dans 29 pays européens. Au total, 11.007 entreprises actives dans 15 secteurs différents (détail, industrie, logistique, technologie) y ont pris part, dont 500 entreprises belges.